• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Lucheni Louis

    Lucheni LouisLe 10 septembre 1898, cet ouvrier italien poignarde à Genève Élisabeth, impératrice d’Autriche et reine de Hongrie. Il sera condamné à perpétuité en Suisse*et écrira ses Mémoires conservées sous le titre Histoire d’un enfant abandonné à la fin du XIXe siècle, racontée par lui-même (édition établie et présentée par Santo Cappon dans Mémoires de l’assassin de Sissi, Paris, Le Cherche Midi, 1998).

    Ce manuscrit d’un régicide est un récit exceptionnel sur l’errance d’un enfant qui connut l’orphelinat dès sa naissance à Paris. Fils d’une mère italienne qui l’abandonne et part pour l’Amérique, il est renvoyé en Italie et passera d’une famille d’accueil à une autre. Dans la préface, sous la forme d’une lettre adressée au lecteur anonyme et signée «Le timide Nazaréen, le généreux cosmopolite», il écrit: «Je vous convie donc tous, vous, ô criminalistes, si vous tenez absolument à savoir comment s’altère la nature humaine, à lire cette biographie qui est la biographie d’un criminel artificiel. Pour que ces chantres du soi-disant progrès social […] avant d’accorder leurs lyres, aient à s’intéresser un peu plus de l’enfance abandonnée qui, déjà privée au jour de sa naissance […] de ces dons infiniment précieux que la Providence octroie à toutes ces créatures — les caresses, les sourires, les embrassements d’une mère…» (p. 89). À la lecture de ces cinq cahiers, on se rend compte que son coup meurtrier n’est pas la recherche de la vaine gloire, comme on l’a présenté lors de son procès, ni un complot machiné par des anarchistes, mais le geste d’un être frustré qui tente d’atteindre sa mère. Les cahiers de Lucheni furent volés en 1909 par un des gardiens de la prison. L’auteur ne s’en remettra pas. Lui qui avait jusqu’alors vécu en captivité d’une façon exemplaire sombra dans la violence et la folie. Il se suicida, selon les rapports officiels, en 1910.

    La comédie musicale en langue allemande intitulée Elisabeth, de Michael Kunze et Sylvester Levay (1992) présente l’impératrice amoureuse de la mort. Lucheni y joue le rôle omniprésent de narrateur et d’«incontournable médiateur qui rend possible ce funèbre accomplissement, même si l’on oublie ici qu’il est un être de chair et de sang capable lui aussi de souffrir» (p. 210). La comédie musicale s’ouvre sur une question et une réponse: «Pourquoi, Lucheni, pourquoi avez-vous assassiné l’impératrice Élisabeth? Parce que c’est elle qui l’a voulu (Weil Sie es woltte).» Santo Cappon établit un parallèle entre l’itinéraire de Lucheni et celui de l’impératrice, mettant en évidence l’association du bourreau et de la victime, leur commun mal de vivre, issu de leur haine de l’injustice et de leur vie privée d’amour.

     

    IMAGE

    ephemanar.net

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18
    Loading