• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Les Murs

    Le prix Robert-Cliche 2009 du premier roman a été attribué à Olivia Tapiero, née à Montréal (Québec, Canada) en 1990, pour Les murs, Montréal, VLB. , 2009.

    Le roman raconte l'hospitalisation d'une jeune fille pendant quelques mois. L'éditeur écrit: «Olivia Tapiero entraîne ses lecteurs dans le long tunnel des pensées de son héroïne, dont le dossier porte la mention « Suicidaire +++». Dès les premières pages, la table est mise et l'attention du lecteur est captée et gardée jusqu'à la fin. Une adolescente qui vient de faire une énième tentative de suicide raconte son histoire, son mal de vivre qui la gruge jusqu'à la moelle. Rien n'est banal, rien n'est laissé au hasard. On suit la vie de cette toute jeune femme transférée d'un hôpital à un autre. La froideur des lieux et la blancheur des murs sont le reflet de son âme et à l'image de son corps qu'elle souhaite voir disparaître.»

    Extraits

    À son réveil:

    Je baisse les yeux. Une brume humide passe à travers ma tête, un frisson, du fond du crâne jusqu'à la surface de ma peau. Ma gorge se serre. Reprends-toi. Je n'arrive pas à la regarder, je n'arrive pas à parler. Je lâche un murmure, comme une prière:«Mourir. Seulement mourir. C'est tout.» Il y a un silence, je garde les yeux baissés. (p. 18)

    Durant ses traitements:

    La mort était mon rideau fermé, ma fin de spectacle, ma coulisse, mon repos, enfin, détruisant l'esprit spectateur du haut, le corps ennemi du bas, le Monstre du centre et le corps qui les entoure tous, tout détruire en tuant leur source commune, inconnue, introuvable, moi. J'ai tout raté, je n'ai eu qu'un entracte. Je suis de retour sur scène, épuisée, avec encore quelques actes à jouer, mais c'est bientôt fini, je vais bientôt sortir de cette salle étouffante et me dissoudre dans l'air frais, dans le vent, enfin. (p. 66)

    Avant sa sortie de l'hôpital:

    On me trouve distante, songeuse. C'est peut-être comme ça, quand on est trop plein. Une éponge imbibée pourrait avoir l'océan qui lui passe dessus sans en absorber une larme. S'ils savaient. Je n'ose pas leur dire que je vais mal, je ne veux pas leur dire que je vais bien. J'ai la vie et la mort entre les deux oreilles, je ne vais nulle part. (p. 151)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading