• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Le coeur du roi

    Alexandre Bande, Le coeur du roi. Les Capétiens et les sépultures multiples XIII°-XV° siècles, Paris, Tallandier, 2009, 255 p.

    Incipit

    «Depuis la parution de l'ouvrage d'Ernst Kantorowicz The King's two Bodies, 1957 (Les deux corps du roi, Paris, 1989), la mort royale a inspiré un grand nombre de chercheurs. Ralph Giesy (Le Roi ne meurt jamais, Paris, 1987) et Colette Beaune, «Mourir noblement à la fin du Moyen Âge» dans La Mort au Moyen Âge, Strasbourg, 1977, p. 125-143) soulignèrent en leur temps l'importance du cérémonial des funérailles royales et en firent un objet d'étude à part entière. D'Alain Boureau (Le Simple Corps du roi, l'impossible sacralité des souverains français, XV°-VIII° siècles, Paris, 1988) à Arlain Erlande Brandenburg (Le Roi est mort. Étude sur les funérailles, les sépultures et les tombeaux des rois de France jusqu'à la fin du XIII° siècle, Paris, 1975), d'Elisabeth Brown à Muriel Gaude-Ferragu (D'or et de cendres. La mort et les funérailles des princes dans le Royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve-d'Ascq, 2005), nombreux furent les ouvrages inspirés par l'analyse des pratiques funéraires royales et princières françaises. Néanmoins aucun d'entre eux ne présentait une analyse approfondie de la pratique des sépultures de coeur chez les rois et les princes de France à la fin du Moyen Âge. C'est pourquoi le présent ouvrage s'efforce de répondre aux nombreuses questions qui ne manquent pas de se poser lorsque l'on tente d'étudier, sur plusieurs siècles, les évolutions des pratiques funéraires des souverains français. »(op. cit., p. 14-15)

    Quatrième page de la couverture

    «Si la pratique de l'inhumation séparée du coeur est ancienne en Angleterre et dans l'Empire, elle n'est attestée dans le royaume de France que dans la première moitié du XIII° siècle. Ce rituel se diffuse ensuite, au XIV° siècle, au sein du domaine égyptien et se mue en un véritable privilège dynastique grâce à une exceptionnelle autorisation pontificale. À partir de 1380, à la mort de Charles V, le coeur du roi est l'objet de tous les égards. Inhumé lors d'une cérémonie spécifique, il est placé dans une urne richement décorée ou repose sous un somptueux gisant. L'objectif est multiple: les tombeaux de coeur attirent les prières et valorisent le sanctuaire qui l'accueille tout en enracinant le mémoire du lignage capétien sur le territoire de France, des couvents mendiants parisiens à Saint-Louis de Poissy, de la cathédrale de Rouen à la nécropole dionysienne.

    Alexandre Bande livre ainsi la singulière histoire des sépultures de coeur du XIII° siècle au XV° siècle et narre la naissance d'un coeur personnifié, déifié et hypostasié.»

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading