• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Laforce Vicki

    Vicki Laforce est née à Montréal en 1974. Elle a fait ses premières études en philosophie. Poussée par le goût du voyage et de la Bohème, elle s'est arrêtée d'étudier pendant un moment en quête d'expériences de vie, d'un autre savoir et de « vérités ».

    Après une rentrée scolaire où elle a terminé une maîtrise en histoire, elle poursuit une maîtrise en études du religieux contemporain.

    Sa quête de sens et la recherche du Beau, de même qu'une certaine nostalgie imprégnée de romantisme, et un goût de la convivialité et du partage orientent sa poésie (quatrième page de la couverture de Vicki Laforce, Anémone des nuits, Saint-Alexis des Monts, Éditions Première Chance, 2012).

     

     

     

     

    Ombres et lumières

    Ce poème parle non seulement de la mort comme étant cette fin inéluctable ; la mort, ce mal, cette injustice, ce mystère, la mort comme étant cette énigme insurmontable à la raison humaine et ainsi telle que l’on perçu de tous temps les philosophes, poètes, écrivains, religieux est fondamentalement au centre d’un questionnement métaphysique dont on retrouve les traces dès les premiers écrits de l’Histoire. Que cela se révèle par et à travers  les arts, les grands mythes, ou autres formes d’expression humaines ; la question de la mort fait ressortir le tragique de l’existence, mais aussi la beauté, l’amour de la vie, le goût de l’éternel, etc. Face à cette figure dépeinte comme celle de l’ombre, grande figure noire,  d’autres lumières, grandeurs éclosent et prennent forme exprimant combien la vie est toutefois fragile, grande, complexe, mystérieuse. Ainsi, ce poème veut célébrer cette tension «tragique», ce sentiment de notre étrange destinée, pour nous, êtres de finitude qui sommes pourtant si fortement portés par ce sentiment et ce goût d’infini. De fait, vibre au cœur des hommes et des femmes des sentiments contraires... De cette rive, mon poème lève les voiles et se laisse bercer au creux de chacune des vagues journées où foisonnent de vertigineuses émotions qui marquent nos existences, nos histoires, nos cœurs entre douceur et folie, entre ce goût de vivre et ce désir d’apprivoiser la fin...Voici le poème:

    Des sentiments contraires lacèrent mes voiles,

    Des lambeaux de jours fanés embaument d'effroi.

    Au dieu du ciel tombent et trépassent tes étoiles,

    L'aube avare resserre son emprise sur moi

     

    Que n'ai-je ces ficelles pour me retenir

    D'explorer mes soupirs, mes désirs les plus fous.

    Tendre vers l'éphémère, n'est-ce point mourir

    D'un seul trait, d'un coup, détruire, noyer la proue...

     

    Lorsqu'elle gravit son zénith, chaude est la nuit

    Et, mon âme se meut en louve, jouant affamée

    À l'affût des sols humides, bouches vernies,

    Tu cherches l'horizon sous les corps affamés.

     

    Fille de joie est la mort ombragée, voleuse

    Couchant, çà et là, ses noirceurs, maux et fragments;

    Qui va là? Geindre aux pourtours des cimes poreuses

    Cracher à la terre sa sécheresse et ses tourments!

     

    Détrompez-vous... Seule la beauté est ma maîtresse!

    Feue ou vive, gaie ou vieille, elle est douce.

    Corps et âmes lui rendent hommages, prouesses

    Fidèles; sommes-nous les fous de cette farouche?

     

    L'absolu est l'un et l'autre versant du beau

    Dévoilant son image à qui le demande.

    Charitable tyran, appose donc ton sceau;

    Je suis tienne, sur mes lèvres reposent tes cendres.

    o.c., p. 32.

     

     

     

    Date de création:2012-10-12 | Date de modification:2012-10-29
    Loading

    Notes

    Avec l'autorisation de l'auteure Vicki Laforce. Nos remerciements.