• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Lafleur Léon

    Lafleur LeonDirecteur général de l’hôpital Saint-Charles-Borromée de Montréal, province du Québec, Canada. Le 25 novembre 2003, il s’est enlevé la vie dans une chambre d’hôtel à Mont-Saint-Hilaire à la suite d'accusations portées contre le personnel de son institution pour sa violence verbale à l’égard des patients handicapés. Il a transmis au journal Le Devoir une lettre d’adieu*, adressée au ministre de la Santé du Québec et à ses collègues directrices et directeurs généraux, où il exprime à la fois son zèle et sa détresse ainsi que son horreur des animateurs de radio qui, de cœur joie, ont sali son image. À ses collègues, il dira: « Combien de fois m’avez-vous entendu dire combien j’aimais mon travail, toute la fierté que je vivais à contribuer à cette tâche énorme et complexe de diriger une partie de ce réseau, d’aider et de protéger les personnes en perte d’autonomie? Combien de fois vous ai-je parlé de notre solitude? De l’importance de nous soutenir les uns les autres? Je vous invite à résister aux [… l’auteur de la lettre cite ici les noms de tribunes radiophoniques qui ont attaqué sa réputation] ». Puis, il s’adresse au ministre: « J’aurais apprécié un coup de fil. Qui sommes-nous pour vous les directeurs généraux, ces gens que vous vous apprêtez à tasser pour brasser les structures, pour laisser votre marque ».

    Et faisant allusion à son proche suicide: « J’ai fait une grosse erreur, je l’aurai, et les miens, payée très cher. J’espère qu’au moins on aura su en tirer des leçons pour l’avenir ». Et il conclut: «À la grande communauté du CHSDL, Centre-ville de Montréal, aux personnes qui y résident comme à celles qui y travaillent, merci et pardonnez-moi de vous avoir emmenés dans cette tempête. Gardez la tête haute, vous savez que ce que l’on dit de votre milieu de vie ne correspond pas vraiment à la réalité.» Il invite ses collègues à «garder la tête haute» et à ne pas suivre son exemple. Le sentiment de culpabilité*, qu’on lit constamment entre les lignes, ne concerne pas tant ses erreurs de gestion, mais «sa grosse erreur» de sacrifier sa vie. Léon Lafleur a été reconnu par ses collègues et les membres de son personnel comme un être d’écoute et de compassion*.

    Ébranlé par la lettre posthume de Léon Lafleur publiée dans Le Devoir, le ministre de la Santé du Québec, Philippe Couillard, a promis d'apporter un soutien personnel aux gestionnaires du réseau aux prises avec des problèmes.   

    Du côté de Loto-Québec, on confirme que le nom de M. Lafleur figure parmi les 3000 noms inscrits au programme d'auto-exclusion des trois casinos du Québec.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-02
    Loading