• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    La vie ou la mort

    Née en 1866 dans la pauvreté, maladive, elle a connu une enfance difficile. Militante anarchiste, Voltairine de Cleyre, qui doit son prénom à l’admiration que son père avait pour Voltaire, incarne de façon exemplaire l’incandescence de l’anarchisme.Son biographe Paul Avrich la décrit comme « un talent littéraire plus grand que n’importe quel autre anarchiste américain ». La militante et féministe Emma Goldman la tient pour « la plus douée et la plus brillante anarchiste américaine ». Oratrice renommée, auteure d’essais et de poèmes, Voltairine laisse une œuvre orte et sans concessions,presque complètement inconnue en langue française et qui commence à peine, en langue anglaise, à être tirée de l’oubli. Voltairine de Cleyre meurt en 1912. Le poème ci-dessous date de 1892.

    LA VIE OU LA MORT

    Une âme qui franchissait le Portail s’arrêta à mi-chemin et dit à la Vie :
    — «Qu’as-tu à m’offrir?»
    La Vie répondit :
    — «De la tristesse, un incessant combat, des déceptions.
    Puis le Silence et la Nuit.»
    L’âme dit à la Mort :
    — «Et toi, qu’as-tu à m’offrir?»
    — «Je te donnerai tout de suite ce que la Vie ne t’accordera qu’à la fin.»
    L’âme se tourna vers la Vie :
    — «Et si je vis? Et si je me bats?»
    — «D’autres vivront et se battront après toi. Et leurs combats seront plus faciles là où tu auras combattu.»
    — «Mais à quoi bon leurs luttes à eux ?»
    — «Elles rendront plus léger le fardeau de tous ceux qui naîtront ensuite à la douleur et qui la combattront à leur tour.»
    — «Mais qu’ai-je à voir avec ces autres? Qui sont-ils donc?»
    — «Ils sont toi.»
    — «Et ceux qui sont venus avant moi, qui sont-ils?»
    — «Eux aussi, ils sont toi.»
    — «Le Silence et la Nuit auraient donc une fin?»
    — «Ils finiront en chant et en lumière.
    Et la douleur s’achèvera en Paix
    Puisque la Mort meurt en moi
    Tandis que tu passes de toi aux autres
    Que la lumière s’ombrage et que l’ombre s’illumine
    Choisis!»
    L’âme, en larmes, répondit :
    — «Je vivrai!»

    Philadelphie, mai 1892.


    LIFE OR DEATH

    A Soul, half through the Gate, said unto Life :
    “What does thou offer me?” And Life replied :
    “Sorrow, unceasing struggle, disappointment; after these
    Darkness and silence.” The Soul said unto Death :
    “What dos thou offer me?” And Death replied :
    “In the beginning what Life gives at last.”
    Turning to Life :” And if I live and struggle?”
    “Others shall live and struggle after thee
    Counting it easier where thou hast passed.”
    “And by their struggles?” “Easier place shall be
    For others, still to rise to keener pain
    Of conquering Agony!” “And what have I
    To do with all these others? Who are they?”
    “Yourself!” “And all who went before?” “Yourself.”
    “The darkness and the silence, too, have end?”
    “They end in light and sound; peace ends in pain,
    Death ends in Me, and thou must glide from Self
    To Self, as light to shade and shade to light again.
    Choose!” The Soul, sighing, answered: “I will live.”

    Philadelphia, May, 1892

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10

    Notes

    Extrait de : The Voltairine de Cleyre Reader, édité par A.J. Brigati, AK Press, Oakland, 2004, page 204.
    Poème traduit de l'anglais par Normand Baillargeon, Sève et sang, Montréal, Mémoire d'encrier, 2007.
    Reproduit avec l'autorisation de Normand Baillargeon.