• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Krudy Gyula

    krudy gyula Né le 21 octobre 1878 à Nyíregyháza  et décédé le 12 mai 1933 à Budapest). Un des plus grands noms de la littérature hongroise. On lui prête une œuvre immense (au-delà de cent trente titres), notamment, traduits en français, N. N. (Paris, L’Harmattan, 1985) et Sindbad ou la nostalgie (Arles, Actes Sud, 1998). L’auteur «entreprend, sous forme d’abord de nouvelles, plus tard aussi de romans, de nous conter par le menu les aventures d’un alter ego nommé Sindbad, marin merveilleux, chevalier de brume, séducteur au long cours et néanmoins disciple des bons pères, éternel naufragé, à la dérive, en expiation d’on ne sait quelle faute à travers une Hongrie de manoirs, d’auberges et de confitures d’abricots, aux confins du songe et de la réalité, du présent et du souvenir, de l’onirique et de l’ironique, de la vantardise et de l’aveu, de la vie et de la mort» (J.-L. Moreau, «Préface», G. Krudy, Sindbad, p. 9).

    Sindbad, œuvre très autobiographique, est l’histoire d’un revenant qui retourne dans les villages où il avait jadis séjourné à la recherche de femmes qui l’avaient aimé et, en fin de compte, à la recherche de l’image maternelle. Krudy intitule un de ses récits «Tant que sa mère vit, l’homme vaut quelque chose». Dans ses nouvelles, les suicides de jeunes gens, mais surtout de femmes, font partie du scénario. Le Danube est peuplé d’amants tragiques. Fanni, la jeune fille des «Années de jeunesse», «fut heureuse, et dans son bonheur, elle se jeta dans le Poprad près de la digue du moulin» (p. 31). Son ami, le petit bossu, surnommé «le pape Grégoire», lâcha la barre de fer et disparut dans l’eau du Poprad «sans un mot» (p. 36). Dans «Voyage sentimental», Sindbad «descendit lentement dans le Danube afin de rencontrer sa défunte bien-aimée quelque part en aval de l’île. Peut-être ferait-il même connaissance, en cours de route, avec d’autres femmes suicidées» (p. 152).

    Les écrits de Krudy reflètent sans doute une certaine mentalité romantique de son temps où vie, mort et amour se confondent, ce qui semble se confirmer depuis l’avènement des statistiques *, car la Hongrie a un taux très élevé de suicide.

    IMAGE

    irasmuvek.he

     © Éric Volant

    Tous droits réservés

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-06-29
    Loading

    Notes