• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Kombot-Naguémon Nestor

    Né le 14 novembre 1934 à Yaounde, Cameroun. Ambassadeur de Centrafrique en France, qui souffrait depuis plusieurs années d’une maladie grave, s’est suicidé le 26 octobre 2004 à son domicile parisien du seizième arrondissement. Il s’est défenestré du sixième étage de son immeuble. Il fut diplomate de carrière, ambassadeur de son pays à Tokyo, Bruxelles, Berne et Bonn depuis l’indépendance en 1960. Il fut aussi ministre des Affaires étrangères de Bokassa et principal artisan du virage à gauche, opéré à l’époque pour le rapprochement avec les pays de l’Est européen. Paris en prit ombrage et obtint son départ du gouvernement de Bokassa d’alors. Il fut également président du parti libéral démocrate, qui avait rallié les partisans d’Ange Félix Patassé après l’accession de celui-ci à la présidence en 1993. Il devint ministre et conseiller spécial du président Patassé. Après un long arrêt pour cause de maladie, il devait reprendre ses fonctions le jour même où on l’a retrouvé mort. La perspective de sa rentrée en fonction n’aurait pas plu à certains membres du personnel de l’ambassade, qui souhaitaient assez ouvertement son limogeage. Il a adressé deux lettres d’adieu*, une à ses proches et une autre aux Centrafricains pour expliquer son geste. Dans une des lettres, il aurait écrit: «Est-ce que je ne valais rien?»

    © Éric Volant

    Tous droits réservés

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-06-29
    Loading

    Notes