• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Jutra Claude

    Claude JutraClaude Jutra, réalisateur, né à Montréal, 11 mars 1930. Personnalité surdouée, le cinéaste québécois devint médecin à vingt et un ans pour faire plaisir à sa famille, mais sans jamais la pratiquer. Il a laissé une abondante production cinématographique, dont À tout prendre (1963), Mon oncle Antoine (1971), Kamouraska (1973) et La dame en couleur (1984). Mon oncle Antoine, acclamé souvent comme «le plus grand film canadien», constitue un moment capital dans l’évolution du cinéma québécois. Le cinéaste connut beaucoup de difficultés de financement pour ses productions. Ironie du sort, politiquement en faveur de l’indépendance du Québec, il fut acclamé à Toronto et critiqué au Québec pour son refus de faire des films explicitement engagés pour la cause nationale (J. Leach, Claude Jutra — Filmmaker, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1999). Il perdit progressivement ce qui est le plus précieux pour l’être humain et pour la personnalité singulière qu’il était, sa mémoire.

    Souffrant de la maladie d’Alzheimer, quelques mois avant sa mort, il confia à John Hofsess: « Je puis affronter la mort, mais je ne puis me regarder disparaître du dedans (from within). À présent, quand le monde vient frapper à la porte de Claude Jutra, personne n'est chez nous (at home) Je n e sais plus qui je suis » (« Candle in the Wind », Homemaker’s Magazine, novembre-décembre 1990). Par le recours à la métaphore de la maison*, Jutra signifie son absence du monde, son identité perdue et sa non-existence. «To be at home» veut dire «être à la maison» et «être à l’aise». Claude n’est plus à l’aise dans le monde ni dans la vie. Il a vécu ses derniers moments avec sa sœur Mimi. il s'enlève la vie le 5 novembre 1986. Le 19 avril 1987, on retrouve son corps dans le Saint-Laurent, à Cap-Santé (Québec). . « Aime mes chats et donne-les à ceux qui les aimeront » est la dernière note que Jutra a laissée à sa sœur (G. Leblanc, « Claude Jutra revisité. Le meilleur et le pire du Canada », La Presse, 8 janvier 2000, p. B3). Nous devons à Ann Charney (Defiance in their Eyes — True Stories from the Margins, Montréal, Vehicule Press, 1995) le récit de la vie et des derniers moments du célèbre cinéaste. Dès 1999, le prix Jutra est attribué au meilleur film de l’année. Charles Daudelin (1920- 2001) a laissé une de ses dernières œuvres dans l’espace public de la ville de Montréal en « geste d’amitié et d’affection » pour le cinéaste disparu: Hommage à Claude Jutra.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading