• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Jocaste

    L'histoire d'Oedipe*, fils de Laïos et de sa femme Jocaste est le thème de nombreuses tragédies antiques parmi lesquelles "La Thébaïde" de Sophocle ("Oedipe roi", "Oedipe à Colonne" et "Antigone"), "Les Sept contre Thèbes" d'Eschyle et "Les Phéniciennes" d'Euripide. Homère rapporte que Jocaste, ayant épousé son fils involontairement, se rendra compte de son crime. et ira se pendre. D'après Sophocle et Euripide, Jocaste, mère et épouse d’Œdipe, dont elle a deux fils, Étéocle et Polynice, et deux filles, dont Antigone*, elle se suicide par la corde à la découverte de l’inceste ou par le glaive à la mort de ses fils (Sophocle, Œdipe roi; Euripide, Les Phéniciennes; N. Loraux, Façons tragiques de tuer une femme, p. 19). Voltaire* écrit une tragédie, œuvre de jeunesse, intitulée Œdipe (1718). Le héros «découvre successivement qu’il est le meurtrier de Laïos, son père, et que l’inceste l’unit à sa propre mère Jocaste. Criminels malgré eux, Œdipe* et Jocaste accusent les dieux implacables, auxquels Jocaste en mourant oppose la volonté libre de l’homme» (H. Mitterand, Dictionnaire des grandes œuvres de la littérature française, p. 455). Charles Chayne a composé une oeuvre lyrique Jocaste, 1991-1992.


    VOLTAIRE, OEDIPE ROI (EXTRAIT)
    Jocaste
    ô mon fils ! Hélas ! Dirai-je mon époux ?
    ô des noms les plus chers assemblage effroyable !
    Il est donc mort ?

    Le Grand-Prêtre
    Il vit, et le sort qui l' accable
    des morts et des vivants semble le séparer :
    il s'est privé du jour avant que d' expirer.
    Je l'ai vu dans ses yeux enfoncer cette épée
    qui du sang de son père avait été trempée ;
    il a rempli son sort ; et ce moment fatal
    du salut des thébains est le premier signal.
    Tel est l' ordre du ciel, dont la fureur se lasse ;
    comme il veut, aux mortels il fait justice ou grâce ;
    ses traits sont épuisés sur ce malheureux fils.
    Vivez, il vous pardonne.

    Jocaste se frappant

    Et moi, je me punis.
    Par un pouvoir affreux réservée à l' inceste,
    la mort est le seul bien, le seul dieu qui me reste.
    Laïus, reçois mon sang, je te suis chez les morts :
    j'ai vécu vertueuse, et je meurs sans remords.

    Le Chœur
    ô malheureuse reine ! ô destin que j'abhorre !

    Jocaste

    Ne plaignez que mon fils, puisqu'il respire encore.

    Prêtres, et vous thébains, qui fûtes mes sujets,
    honorez mon bûcher, et songez à jamais
    qu'au milieu des horreurs du destin qui m'opprime,
    j' ai fait rougir les dieux qui m'ont forcée au crime.
    (Acte V, scène 6)


    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18
    Loading

    Documents associés

    • Jocaste reine
    • Pardon - ô pardonne-moi, homme de ma vie, je te quitte. J'ai aimé mes cinq enfants semblables et...
    • Mort de Jocaste
    • LE MESSAGER. - Un mot suffit, aussi court à dire qu'à entendre : notre noble Jocaste est morte. LE...