• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Jambert Christian

    Chambert ChristianAdjudant-chef de la brigade de recherches d’Auxerre en France. Convaincu qu’il existe un lien entre la disparition, entre 1975 et 1979, de sept jeunes handicapées protégées par la Direction départementale de l’action sanitaire et sociale à Yonne et le présumé assassin Émile Louis, le gendarme dépose un rapport accablant en 1984. Le parquet classe le dossier sans donner suite, faute de preuves. En 1995, atteint de dépression*, Christian Jambert tente de se suicider en avalant des médicaments. Il survit et est mis à la retraite. Contacté par l’Association de défense des handicapés de l’Yonne, il se dit prêt à témoigner contre Émile Louis. Le 4 août 1997, alors que le dossier des «disparues» vient d’être officiellement rouvert et qu’il doit être entendu comme témoin par le juge Benoît Lewandoski, Christian Jambert est retrouvé mort dans son pavillon d’Auxerre. Il est décrit comme un homme psychologiquement démoli devant le mur d’indifférence concertée. En avril 2004, suite aux résultats d’une nouvelle autopsie qui sont peu compatibles avec la thèse retenue du suicide du fait de deux impacts de balle dans sa tête, le garde des Sceaux lance une enquête administrative pour «examiner les conditions dans lesquelles a été traité le dossier Jambert». Cette autopsie est à son tour remise en cause. En novembre 2005, la cour d’appel d’Aix-en-Provence condamne Émile Louis, délinquant sexuel, pour avoir torturé et violé sa deuxième femme Chantal et sa belle-fille Karine, mineure au moment des faits qui ont eu lieu entre 1992 et 1995. Le cas Jambert met en lumière la multiplicité de la fonction sociale de la mort volontaire. Il n’est pas rare dans les annales judiciaires que des meurtres soient convertis en suicides ou que des suicides passent pour des meurtres ou pour des accidents. Tantôt le suicide est jugé tabou, on le dissimule pour échapper à la honte*, tantôt on le postule afin de camoufler des actes criminels et d'innocenter des coupables. On taxe de maladie mentale* une personne qui cherche la vérité et qui a le courage de la dire, alors que des forces obscures s'évertuentent à ternir son image afin de protéger des coupables et de désinformer l’opinion publique. La collectivité choisit Jambert comme bouc émissaire afin de venger le sang versé par sept de ses jeunes filles handicapées. Qu'il porte la main sur lui ou qu'il tombe sous la main de l’autre, il est la victime sacrificielle de la conspiration du silence. Isabelle, fille de Christian Jambert, s'est donné pour tâche de réhabiliter la vérité et de rétablir la réputation de son père.

    Une partie du crâne du gendarme Jambert a disparu, a -t-on appris le 22 octobre 2008, ce qui rend le suicide  peu probable.

     

    IMAGE

    yonne.fr

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading