• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Inde brahmanique: idéologie funéraire

    Chez les Indiens, «la volonté de faire entièrement disparaître tous les restes du corps, d'effacer la moindre trace de ce qu'était ici-bas l'individu vivant, de façon que, purifié de ses attaches à l'existence terrestre, transmuté en oblation sacrificielle, il soit restitué à un "espace sans limite": les chairs, les tendons une fois brûlés, on récolte, mêlé aux cendres, ce que même une double crémation peut laisser encore apparaître des ossements; on le disperse dans les eaux d'une rivière pour qu'il s'y évanouisse, comme le défunt doit se perdre dans l'au-delà. [...] Les Indiens eux, ne connaissent pas les sépultures; ils ne creusent ni tombeaux, ni cénotaphes; ils n'érigent nul monument funéraire; leurs morts ne disposent d'aucun espace; ils n'occupent pas de lieu où situer leur présence; dénués de territoire, ils ne sont nulle part.»

    Parallèlement, «c'est à arracher le défunt à son identité sociale de vivant, à le retrancher de la communauté dont il faisait partie, à effacer sa présence de l'espace terrestre où son groupe est implanté, que tend, pour l'essentiel, la politique indienne de la mort. La crémation* funéraire ne fonctionne pas seulement comme un sacrifice*. Elle est le modèle de toute l'activité sacrificielle qui trouve, dans cette oblation terminale où l'on fait don de soi, sa fin et son sens. Tout se passe comme si l'ensemble des pratiques rituelles et l'ordre social lui-même n'avaient d'autre objet que de préparer ce dernier acte, cet ultime passage, où l'individu, pour s'accomplir, pour atteindre dans le feu sacrificiel son "perfectionnement", devait disparaître à tout ce qu'il a été, dans son effacement complet des actes personnels et des attaches sociales qui le constituaient dans sa singularité. [...] Les communautés indiennes brahmaniques [...] ne cherchent pas à implanter leur permanence dans la terre. Elles s'enracinent dans l'au-delà. [...] L'idéologie funéraire des Indiens ne se comprend que comme pièce d'une religion* dont l'orientation est, pour l'essentiel, extra-mondaine. [...] Dans ce cadre, l'individu hors du commun [...], c'est celui qui, s'excluant de la société, de ses normes, de ses rites, a su de son vivant se délier de la vie et atteindre le "perfectionnement" qu'on obtient d'ordinaire dans la crémation du bûcher funèbre: le renonçant.»

    (J.-P. Vernant, «Introduction», G. Gnoli et J.-P. Vernant (dir.), La mort, les mort dans les sociétés anciennes, Cambridge University Press, Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, 1982, p. 8-10)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12