• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Hory Elmyr de

    Elmyr de Hory, né en 1905, a grandi au sein d'une riche famille de Budapest jusqu'au divorce de ses parents. A 18 ans, attiré par l'art et désireux de cacher son homosexualité*, il étudie à Munich puis à Paris, auprès de Fernand Léger, de 1926 à 1932.

    Sous des noms d'emprunt ­ Baron Elmyr von Houry, Elmyr Herzog, Louis Cassou, Baron Elmyr Hoffman, Josef Dory, E. Raynal, Joseph Dory-Boutin, entre autres, Elmyr de Hory était un des meilleurs faussaires de son temps. En 1967 éclata le procès Meadows, où il fut impliqué avec ses deux marchands, Legros et Lessard, les mêmes qui étaient censés gérer sa collection invisible.Tous furent inculpés, sans que l'on soit certain d'avoir mesuré la culpabilité relative d'aucun ni l'étendue générale des dégâts. Avant de se suicider, en 1976, Elmyr de Hory reconnut avoir réalisé 80 faux tableaux pour le compte de Legros dans sa villa d'Ibiza. C'est Elmyr de Hory, filmé par son ami François Reichenbach, qu'Orson Welles choisit en tant que personnage central de son oeuvre ultime, F for Fake (« Vérités et mensonges ») en 1973.

    Lien

    Michel Braudeau, «Elmyr de Hory, le caméléon», Le Monde, le 14 septembre 2004

    http://www.lemonde.fr/seq-spe-fermee/article/2005/07/14/elmyr-
    de-hory-le-cameleon-par-michel-braudeau_672415_667725_1.html

    IMAGE

    Mogdigliani fake by de Hory, 1963
    blogs.usyd.edu.au

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-02