• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Hoffmann Ernst Theodor Amadeus

    Hoffmann TheodorNé à Königsberg (Allemagne) et père du conte fantastique, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann (1776-1822), juriste et musicien, exerça la profession de maître de chapelle et composa plusieurs opéras et pièces lyriques. Dès 1813, il publia une série de Contes qui plongent le lecteur dans un monde habité par le surnaturel et le mystère. Jacques Offebach (1819-1880) mettra les Contes en musique. Parmi ces contes figure celui de L'Homme au sable (1817).

    «Un jeune homme nommé Nathanaël plonge progressivement dans la folie. Sa descente aux enfers commence lorsqu'il croit reconnaître en la personne d'un marchand de baromètres le mythique « homme au sable » qui l'effrayait dans son enfance, et qu'il rend responsable de la mort de son père. [...] Il se jette du haut d'une tour, en proie à une vision insensée » (Sophie Pujas, « L'Homme au sable d'Hoffmann » dans Le Point .Références. Textes fondamentaux, «Romantisme», juillet-août 2010, p. 34).

    C'est en analysant L'Homme au sable que Sigmund Freud* a forgé la notion d' « inquiétante étrangeté » pour désigner une « rupture dans la rationalité ordinaire de la vie courante » (ibid.).

    L'Homme au sable (Extraits)

    Représente-toi un homme aux larges épaules, surmontées d'une grosse tête informe, un visage terne, des sourcils gris et touffus sous lesquels étincellent deux yeux verts arrondis comme ceux des chats, et un nez gigantesque qui s'abaisse brusquement sur ses lèvres épaisses. Sa bouche contournée se contourne encore davantage pour former un sourire; deux taches livides s'étendent sur ses joues, et des accents à la fois sourds et siffleurs s'échappent d'entre ses dents irrégulières.

    [...]

    C'était plutôt une horrible et fantasque créature, qui partout où elle paraissait, portait le chagrin, le tourment, le besoin, et qui causait un mal réel, un mal durable. J'étais comme ensorcelé, ma tête restait tendue entre les rideaux, au risque d'être découvert et cruellement puni.

    Source: L'Homme au sable dans Contes nocturnes, 1817, traduit par F. A. Loève-Veimars, publié dans Le Point, op. cit., p.35.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading