• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Hadès

    alltempsInv 8584Hadès, dieu des Morts. est fils des titans Cronos et Rhéa, frère de Zeus et de Poséidon. Quand les trois frères se partagèrent l'univers après avoir renversé leur père Cronos, Zeus reçut « le vaste ciel » et Posséidon, « la mer blanche d'écume », tandis que Hadès reçut les « brumeuses ténèbres » et établit sa demeure sous la terre. Avec sa reine, Perséphone, qu'il avait enlevée au monde d'en haut, il régnait sur les Enfers, le royaume des morts. Bien que sinistre et sans pitié, insensible aux prières et aux sacrifices*, il n'était pas un dieu malfaisant. Il accomplit son travail de façon impartiale. En effet, « le grand Hadès demande compte aux hommes de leur vie; sa mémoire n'oublie rien, son esprit examine tout (Eschyle, Les Euménides, Flammarion, 2001) ». Si Hadès savait parfois se révéler sensible au malheur des amants séparés par la mort, « il est le seul à demeurer inflexible, et toujours indomptable; voilà aussi pourquoi, plus qu'aucun autre dieu, les hommes le détestent (Homère, L'Illiade, IX, 158) » et le craignent ( A. Nadaud, Aux portes des enfers, Actes Sud, 2004, p. 95).

    Le monde souterrain lui-même était souvent appelé l'Hadès. Il était divisé en deux régions : l'Érèbe, où passaient les morts juste après leur décès et le Tartare, la région la plus profonde, où les Titans avaient été emprisonnés. C'était un endroit sombre et triste, habité par des ombres et gardé par Cerbère, le chien à trois têtes et à queue de dragon. De sinistres fleuves séparaient les enfers du monde d'en haut et le vieux passeur Charon faisait traverser ces eaux aux esprits des morts. Le palais d'Hadès, situé quelque part dans l'obscurité du monde souterrain, était un endroit plein de portes, sombre et triste, et hanté par des apparitions. Dans des légendes postérieures, les Enfers sont décrits comme l'endroit où les bons sont récompensés et où les méchants sont punis.

    Les Romains l'appelaient Pluton*, le « donneur de richesses », parce que les récoltes et les métaux précieux venaient de son royaume souterrain.

    http://mgr2.free.fr/pages/dieu/hades.php


    IMAGE
    Buste de Hadès, marbre, copie romaine d'après un original grec du 5° siècle avant J. C.
    Palazzo Altemps (Museo Nazionale Romano), Rome, Italie
    Photographie Jastrow (2006)
    http://www.mlahanas.de/Greeks/Mythology/Images/

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12

    Notes

    voir aussi dans la présente Encyclopédie sur la mort le menu vertical : Étude de la mort, La mort selon les cultures.