• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Habsbourg Rodolphe De

     

    RodolpheNé à Laxenburg le 21 août 1858, archiduc héritier, fils de François-Joseph, empereur d’Autriche, et de l’impératrice Élisabeth. Ornithologue par goût et militaire par carrière, esprit libéral et progressiste, il fut réfractaire au conformisme politique de son père qu’il avait pris en aversion. Malheureux dans son mariage avec la princesse Stéphanie, fille de Léopold II, roi de la Belgique, dont il eut une fille appelée Erzsi, il connut plusieurs aventures amoureuses. Il eut recours à l’alcool et à la drogue afin de combattre non seulement des malaises physiques, mais aussi sa gêne dans les mondanités et les cérémonies officielles. Il déplut à la cour impériale à cause de son tempérament excessif. Constamment traqué par la police impériale qui agissait sur l’ordre d’un père sévère et inquiet de la conduite de son fils, il souffrit d’une sensibilité exacerbée. Il fut compromis dans un jeu politique où il soutint les revendications de l’opposition hongroise en faveur d’une armée indépendante.

    La liaison avec Marie Vetsera*, fille de la baronne Hélène Vetsera, date de novembre 1888. Rodolphe est frappé par la ressemblance de Marie, de type oriental, avec la fille du cantor de la synagogue de Prague qui mourut d’amour pour lui et dont il fleurit la tombe au cimetière juif de la même ville. En gage de son amour, Rodolphe offre à Marie un simple anneau de fer à l’intérieur duquel sont gravées les initiales de In Liebe vereint bis in dem Tod («Unis dans l’amour jusqu’à la mort»). Décidé de se tuer, il aurait proposé à la jeune fille de dix-sept ans de l’accompagner dans la mort, ce que celle-ci, dans une grande ferveur d’amour sacrificiel, aurait été heureuse d’accepter. Dans le pavillon de chasse de Mayerling, Rodolphe aurait tué Marie avant de porter l’arme contre lui. Des faits troublants semblent contredire la version officielle de la double mort volontaire. La thèse de l’assassinat politique ne peut pas être écartée. Pris dans un piège, Rodolphe aurait été assassiné et Marie, témoin gênant, aurait été supprimée par la suite. Voir à ce sujet le dossier constitué par Jean Des Cars, «Révélations sur le drame de Mayerling», dans son livre Élisabeth d’Autriche ou la fatalité (Paris, Perrin, 1983, p. 417-424). Cependant, dans un petit secrétaire de son cabinet de travail, on a trouvé des lettres d’adieu* adressées à sa mère, à sa sœur Valérie et à sa femme. À sa mère, il écrit qu’il n’a plus «le droit de vivre». À sa femme, il laisse le message suivant: «Ma chère Stéphanie, Tu es délivrée de ma présence et libérée du fléau que je suis. Sois heureuse comme tu l’entends. Sois bonne pour la petite qui est tout ce qui reste de moi. Dis un dernier adieu à tous ceux que je connais […]. Je vais calmement vers la mort qui seule peut sauver l’honneur de mon nom. Je te serre affectueusement dans mes bras. Ton Rodolphe qui t’aime». À propos de la mort tragique de son fils et de son amante, l’impératrice note: «Quand il se met à détruire, le grand Jéhovah est comme la tempête», et: «Ils n’ont vécu que pour leurs rêves et la tristesse leur a été plus chère que la vie entière» (C. Bertin, Mayerling ou le destin fatal des Wittelsbach, Paris, Perrin, 1967, p. 313-314).

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18
    Loading