• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Ginkgo

     

     

    Ce très bel arbre, dont les feuilles prennent à l'automne une tonalité jaune d'or, est originaire de Chine, et fut longtemps protégé par les prêtres bouddhistes, qui contribuèrent à sa préservation. Le Ginkgo biloba est le dernier survivant d'une famille d'arbres disparus, les ginkgoacées. C'est un fossile vivant de 150 millions d'années! Le nom Ginkgo (ou Gingko) vient du nom chinois yin kuo, qui signifie fruit d'argent.

    Après les grandes glaciations du quaternaire, les quelques Ginkgos survivants occupaient un petit territoire dans le Sud-est de la Chine.. Le ginkgo ne fut introduit au Japon et en Corée qu'au XIIe siècle par les moines bouddhistes ayant séjourné en Chine. Le Ginkgo devint alors un arbre mythique encore aujourd'hui très vénéré dans toute l'Asie. Cependant, il n’est pas certain que le Ginkgo existe toujours à l’état sauvage en Chine.

    C'est en 1690 que Kaempfer publia la première description de l’arbre et proposa le nom générique de Ginkgo. Linné confirma cette appellation en 1771, en la faisant suivre du nom d’espèce biloba pour souligner le caractère bilobé de ses feuilles. Au Japon, comme l'a écrit Kaempfer en 1720, l'arbre est appelé ichô ou ginnan, ce qui signifie « arbre aux abricots d'argent ». Cela fait référence aux reflets argentés des fruits qui ont la taille et la couleur de ceux de l'abricotier. Ginnan est l'une des deux transcriptions japonaises normales pour les idéogrammes chinois signifiant « abricots d'argent » et lus actuellement yinxing. Une autre transcription est gin kyo .C’est sans doute grâce à une faute de transcription que le gin kyo japonais deviendra le Ginkgo en Europe.

    Il est introduit en Europe au XVIIIe siècle : au Pays-Bas en1727, puis en Angleterre en 1754. Un riche armateur de Montpellier en France pu en acquérir un pied, en 1788, en Angleterre, pour la somme extravagante de quarante écus. C'est pourquoi, un de ses noms vernaculaires est : Arbre aux quarante écus.

    Pouvant atteindre une hauteur de 30 à 40 mètres, il présente une couronne irrégulière. Les sujets mâles ont un port élancé, les sujets femelles un port plus compact. Le tronc se divise en plusieurs grosses branches dressées; les ramifications sont ascendantes puis étalées avec les années. L'écorce est brune et rugueuse. Elle se fissure de sillons grossiers avec l'âge.

    Hormis ses utilisations ornementales et sacrées, il est exploité en pharmacologie. Il est considéré comme le leader en tant que phlébotonique, en phytothérapie. Il améliore la circulation artérielle et veineuse, cérébrale et périphérique. Il est utilisé aussi dans la maladie d'Alzheimer (Françoise Ruban, 26 octobre 2012).

    Date de création:2012-10-27 | Date de modification:2012-10-28

    Documents associés

    • Gingko (Goethe)
    • La feuille de cet arbre qui de l'Orient A été confié à mon...