• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Gingras Apollinaire

    L'abbé Gingras, né poète, avait aussi l'éloquence de la parole. Il a publié un recueil de poèmes et de chansons : Au Foyer de mon Presbytère (1881), où il condense le meilleur de son âme de poète, de prêtre et de patriote.

    (http://faculty.marianopolis.edu/c.belanger/QuebecHistory/encyclopedia/)

    Il fut appelé «le prédicateur-poète» et «le chantre du patriotisme canadien». Les sermons du curé Gingras à Château-Richer, Montmorency et ailleurs, avec cachets et illustrations, furent édités sous le titre Jours de Parole» à Beauceville, Imp. L’Éclaireur Ltée, 1942. 181 pages.

    Curé de Saint Édouard de Lotbinière, l'abbé est connu pour sa soumission à la Grande-Bretagne et comme défenseur de l’Inquisition qu’il donnait comme preuve de la sagesse de l’Église. En effet, il a prononcé en 1880 devant le Cercle catholique de Québec, et sous le patronage de l'Institut canadien de Québec, une conférence intitulée «Le Bas-Canada entre le Moyen Âge et l'âge moderne». Ultramontain à outrance, le conférencier glorifie, entre autres, l'Inquisition et le Syllabus de Pie IX, véritable catalogue des «erreurs et divagations» de l'époque. La publication de ce texte a été faite au bénéfice de la Saint-Vincent-de-Paul! Voici quelques extraits de cette conférence:

    «Depuis 1789, on a fait éclater, entre l'Église et l'État, un divorce contre nature, plus funeste encore à l'État qu'à l'Église qui ne peut périr. Les gouvernements se sont lassés du joug de l'Église et les peuples, conséquence facile à prévoir, se sont lassés du joug des gouvernements. Les gouvernements ont cessé de protéger l'Église: voilà, messieurs, la grande cause qui a jeté les nations à côté de leur chemin!

    «Soumis à l'Église dans les matières religieuses et dans les matières mixtes, l'État doit être le bras droit de l'Église. Il doit lui être uni et l'aider. S'il refuse de l'aider, il est traître; s'il s'en sépare, il languit lui-même, meurt, et tombe en pourriture. L'encyclique Quanta Cura de 1864 dit ceci: "La puissance royale n'a pas été donnée uniquement pour le gouvernement du monde, mais surtout pour le soutien de l'Église"».

    «Voyez l'Angleterre, par exemple, l'Angleterre, nous le disons avec plaisir sous les voûtes de cette Salle Victoria qui nous rappelle le nom respecté de notre Très Gracieuse Souveraine, l'Angleterre, dont nous sommes fiers d'être les sujets sans cesser d'être les fils de la France, eh bien! pourquoi l'Angleterre trace-t-elle, à travers les autres peuples du globe, un si glorieux sillon? À quoi le doit-elle avant tout? Ah! messieurs, c'est que l'Angleterre a été catholique autrefois!

    «Tout l'édifice moderne repose sur les principes de 89, la déclaration des droits de l'homme. De ces principes de 89, sont sorties les libertés modernes: la liberté de la presse, la liberté de la tribune, la liberté d'association, la liberté d'opinion, la liberté de conscience, la liberté des cultes, et autres erreurs comme le principe de non-intervention, le suffrage universel, l'égalité civile, la souveraineté absolue du peuple, la séparation de l'Église et de l'État...Une Église soumise et servile

    (Textes colligés et présentés par Gilles Boileau (http://www.histoirequebec.qc.ca/publicat/vol6num3/v6n3_6eg.htm)

    il a laissé un poème intitulé Feuille d’automne et jeune artiste, cité souvent dans des recueils de poésie et dont voici la première strophe :

    « Par la brise d’automne à la forêt volée,
    Une feuille d’érable erre dans la vallée :
    Papillon fantastique aux ailes de carmin !
    Un enfant, qui folâtre au pied de la colline,
    S’élance pour saisir cette feuille divine :
    Enfin, la feuille est dans sa main. »


    On peut préférer, dans une tout autre veine, le poème posté par Georgia ou encore celui d’Alice L. sous le titre

    Pourquoi les feuilles tombent ?
    « Car les magiciens entonnent leurs sorts
    Pour entraîner leur magie dehors.
    Ou alors, ce sont les arbres qui ont peur.
    Mais nul ne peut me dire cette peur.
    En tout cas, les feuilles tombent. »

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-15

    Documents associés