• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Gautier Théophile

    Né à Tarbes, il déménagea vers l'âge de trois ans avec sa famille à Paris où il termina son cours classique et suivit l'atelier de peinture de M. Rioult. Il abandonna la peinture à cause de sa myopie et de « son manque de talent ». Ayant fait la connaissance de Victor Hugo en 1829, il se tourna vers la poésie. Balzac le fit travailler à la Chronique de Paris. Il travailla ensuite au Figaro avec Gérard de Nerval* et il rédigea à la Presse, dès sa fondation et pendant près de quinze ans, le feuilleton de théâtre. En 1840 il séjourna en Espagne durant six mois.

    Au théâtre, il débuta par un ballet Giselle dont la première eut lieu le 28 juin 1841. Théophile Gautier et Henri Vernois avaient tiré leur livret d'un épisode de Reisebilder, par Heinrich Heine. Gautier collabora à de nombreux journaux et revues. Il fut rédacteur en chef de L'Artiste de 1856 à 1859. Il produit des oeuvres de création d'une grande diversité parmi lesquels des ballets: La Péri (1843), Gemma (1854), Sacountala (1858). Il écrit des romans, dont Capitaine Fracasse (1863), Le Roman de la Momie (1858) et Spirite (1866), des nouvelles, des pièces de théâtre, des relations de voyage et un grand nombre de poèmes. Le recueil Émaux et Camées parut en 1852 dont l'édition définitive fut publiée en 1872. Souffrant d'une maladie de coeur depuis plusieurs années, il mourut le 23 octobre 1872.









    1

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-03
    Loading

    Notes

    Théophile Gautier : Romans, contes et nouvelles, tomes 1 et 2, Paris, La Pléiade, 2002.

    Documents associés

    • À Zurbaran
    • À ZURBARAN par Théophile Gautier (1811 - 1872) Moines de Zurbaran, blancs chartreux qui, dans...
    • À Théophile Gautier
    • À Théophile Gautier  Poète ! ta ferveur fait grande ta mémoire.
Absorbé tout entier...