• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Folklore

    Autour du suicide socialement réprouvé s’est construit un imaginaire populaire qui accorde aux suicidés un pouvoir maléfique. Selon Serge Gagnon (Mourir, hier et aujourd’hui, p. 132-133), «dans la France de l’Ancien Régime, on craignait le retour du suicidé, qu’il ne revienne sur terre pour porter malheur aux vivants. […] En Bretagne, le suicidé commande le vent, la tempête, l’orage. Plusieurs scénarios ramènent à la conscience des suicides survenus au cours des déceptions amoureuses. Le paysan fabrique des suicidés malfaisants alors que les prêtres voient les malheureuses victimes condamnées au malheur éternel.» Dans une certaine campagne française, on raconte «que les âmes des suicidés sont affectées à l’éternel travail de retourner de grosses pierres qui encombrent le lit des torrents» (J. Delumeau, La peur en Occident, Paris, Fayard, 1978, p. 184). Version moderne du mythe de Sisyphe? Prenant appui sur ces représentations négatives, le prince «punissait» le corps des suicidés. Dans la France de Louis xiv et dans la Nouvelle-France, on traînait le corps du défunt devant les tribunaux qui «instruisaient le procès du cadavre comme s’il s’agissait d’un assassin bien vivant» (F. Lebrun, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, La Haye, Mouton, 1971, p. 418).

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading