• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Feu (roman)

    Régine Vandamme, Feu, Bordeaux, Le Castor Astral, «Escales des lettres», 2010.

    Reclus dans son appartement où il tente de survivre à la dérive de son existence, Hughes Worms, journaliste autrefois promis à un brillant avenir, sombre dans le désespoir, loin des siens, loin du monde, à l'âge de 44 ans.

    D'heure en heure tout au long d'une journée caniculaire, son histoire se dévoile, banale, bancale, l'histoire d'un homme aux prises avec un mal-être contre lequel il a renoncé à se battre. Seule sa mort est en marche.

    Feu est un roman obsédant qui fait éclater des vérités crues et cruelles. L'écriture est intense. Chaque phrase parle juste, cogne et fait mal.

    Régine VANDAMME est née à Bruges. Unanimement loué, plusieurs fois réédité, son premier ouvrage Ma mère à boire, a reçu en 2001 le Prix de la première oeuvre du Ministère de la Communauté française de Belgique. Elle est également l'auteur de Ma voix basse et de Profession de foi. (Quatrième page de la couverture).

    Extrait

    (19h26)

    Ton corps repose dans le tiroir n° 23 de la morgue de l'Institut médico-légal de Lille. Il sera autopsié demain.

    Tu es mort seul chez toi, sans témoin. Cela ne ressemble pas à un crime, mais c'est quand même une hypothèse qui ne peut être écartée. Tu ne seras rendu à ta famille que dans neuf jours. Neuf jours d'une extrême et ultime solitude dans la mort et son au-delà. Neuf jours pendant lesquels tu manques à tes enfants d'une double absence insoutenable. Neuf jours d'un enlèvement, cruel mais légal.

    Demain, tu auras droit à une brève dans la rubrique fait divers du journal local concurrent. Tes ex-collègues n'ont pas eu l'info à temps. Ils se rattraperont dans l'édition d'après-demain.

    La rubrique des chiens écrasés, c'est là que tu avais fait tes premières armes quand tu avais démarré dans le métier à l'âge de 23 ans. On appelle cela l'ironie du sort.

    On dira sûrement que tu es mort jeune, à la moitié de ta vie et que c'est injuste. Comme si certains méritent plus que d'autres leur malheur. On se consolera probablement en disant que tu n'as pas vécu à moitié. On cherchera à comprendre, à expliquer. On refusera l'incompréhensible, l'inexplicable. On réécrira l'histoire. Parce qu'il sera difficile d'admettre que ce 23 juin, dernier jour de ta vie, tu n'as laissé derrière toi qu'à peine quelques traces tremblées de ton passage sur terre. (op. cit., p. 149-150)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading