• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Fables de Jean de La Fontaine et la mort

    La Fontaine Jean de fablesLe libertinisme de La Fontaine se conjugue fort aisément avec ses interrogations métaphysiques et ses inquiétudes religieuses. Celles-ci s'expriment dans des réflexions sur la mort sous la forme de fables. Ce qui n'empêche pas le poète de traiter le sujet de la mort d'une façon humoristique et ironique en critiquant non sans plaisir les moeurs de son temps. Quant aux sources qui ont inspiré ses fables, l'auteur les nomme dans son commentaire situé entre «La mort et le malheureux» et «LLa mort et le bûcheron» : pour la première fable, Sénèque* Lettre à Lucilius, CI et pour la seconde, Esope, Le vieillard et la Mort traduit par Olivier Patru, avocat et écrivain (1604-1681), dans ses Lettres d'Olinde (1659).

    L'ambiguïté des attitudes du malheureux et du bûcheron face à la mort se fait sur fond de coïncidence de deux contraires inséparables: la vie et la mort. Intimement associées, l'une ne vit pas sans l'autre. L'enseignement d'Héraclite* semble bien connu à La Fontaine. La femme, qui refuse de sacrifier* sa jeunesse à son veuvage, démontre l'ambiguïté des sentiments liés au deuil*. La défunte reine prend plaisir du désespoir du roi et, sainte, parmi les dieux, elle n'oblige pas à des larmes le convoi funèbre présidé par son époux, un Roi-Lion triste à mourir. Le voilà consolé. Vie et mort, plaisir et désespoir, béatitude et larmes, voilà des contrastes qui sont à l'origine de l'ambivalence de la mort et du deuil qui donne à leur fréquentation un brin d'inconfort, voire même de tragédie. D'où le besoin chez les humains de développer une sagesse vis-à-vis de la mort. Dans «Dans la Mort et le Mourant», La Fontaine met en scène le personnage de la Mort donnant à un vieillard, qui ne veut pas mourir et ne s'est guère préparé à ce jour fatal et commun à tous, une leçon de sagesse. En s'inspirant du
    Naturae rerum de Lucrèce*, La Fontaine développe un discours sur la proximité de la mort qui peut surgir à tout instant de notre vie, que l'on soit jeune ou vieux, et qui nous révèle sans cesse la finitude et la fragilité de l'existence: «la mort ravit tout sans pudeur». L'art de vivre consiste à accepter notre destin mortel et à jouir de tous les bons moments de la vie comme d'un festin: «je voudrais qu'à cet âge, on sortît de la vie comme d'un banquet».

    Les vers qui introduisent «La Mort et le Mourant» résument joliment la sagesse propre à de La Fontaine sur la mort, son inévitabilité et son irréversibilité: « La Mort ne surprend point le sage; Il est toujours prêt à partir, S'étant su lui-même s'avertir Du temps où l'on se doit résoudre à ce passage».

    La Mort et le Malheureux

    Un Malheureux appelait tous les jours
    La Mort à son secours.
    « Ô Mort, lui disait-il, que tu me sembles belle !
    Viens vite, viens finir ma fortune cruelle. »
    La Mort crut en venant l’obliger en effet.
    Elle frappe à sa porte, elle entre, elle se montre.
    « Que vois-je ! cria-t-il, ôtez-moi cet objet ;
    Qu’il est hideux ! que sa rencontre
    Me cause d’horreur et d’effroi !
    N’approche pas, ô Mort ; ô Mort, retire-toi. »
    Mécénas fut un galant homme :
    Il a dit quelque part : « Qu’on me rende impotent,
    Cul-de-jatte, goutteux, manchot, pourvu qu’en somme
    Je vive, c’est assez, je suis plus que content. »
    Ne viens jamais, ô Mort ; on t’en dit tout autant.
    ( Livre I, Fable XV)

    Ce sujet a été traité d’une autre façon par Esope, comme la Fable suivante le fera voir. Je composai celle-ci pour une raison qui me contraignait de rendre la chose ainsi générale. Mais quelqu’un me fit connaître que j’eusse beaucoup mieux fait de suivre mon original, et que je laissais passer un des plus beaux traits qui fût dans Esope. Cela m’obligea d’y avoir recours. Nous ne saurions aller plus avant que les Anciens : ils ne nous ont laissé pour notre part que la gloire de les bien suivre. Je joins toutefois ma Fable à celle d’Esope ; non que la mienne le mérite ; mais à cause du mot de Mécénas, que j’y fais entrer, et qui est si beau et si à propos que je n’ai pas cru le devoir omettre.

    La Mort et le Bûcheron

    Un pauvre Bûcheron tout couvert de ramée,
    Sous le faix du fagot aussi bien que des ans
    Gémissant et courbé marchait à pas pesants,
    Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée.
    Enfin, n’en pouvant plus d’effort et de douleur,
    Il met bas son fagot, il songe à son malheur :
    Quel plaisir a-t-il eu depuis qu’il est au monde ?
    En est-il un plus pauvre en la machine ronde ?
    Point de pain quelquefois, et jamais de repos.
    Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts,
    Le créancier, et la corvée
    Lui font d’un malheureux la peinture achevée.
    Il appelle la Mort ; elle vient sans tarder,
    Lui demande ce qu’il faut faire.
    « C’est, dit-il, afin de m’aider
    À recharger ce bois ; tu ne tarderas guère. »

    Le trépas vient tout guérir ;
    Mais ne bougeons d’où nous sommes :
    Plutôt souffrir que mourir,
    C’est la devise des hommes.
    (Livre I, Fable XVI)

    La Jeune Veuve

    La perte d’un époux ne va point sans soupirs.
    On fait beaucoup de bruit, et puis on se console.
    Sur les ailes du Temps la tristesse s’envole ;
    Le Temps ramène les plaisirs.
    Entre la Veuve d’une année
    Et la veuve d’une journée
    La différence est grande : on ne croirait jamais
    Que ce fût la même personne.
    L’une fait fuir les gens, et l’autre a mille attraits.
    Aux soupirs vrais ou faux celle-là s’abandonne ;
    C’est toujours même note et pareil entretien :
    On dit qu’on est inconsolable ;
    On le dit, mais il n’en est rien,
    Comme on verra par cette Fable,
    Ou plutôt par la vérité.
    L’Époux d’une jeune beauté
    Partait pour l’autre monde. À ses côtés sa femme
    Lui criait : Attends-moi, je te suis ; et mon âme,
    Aussi bien que la tienne, est prête à s’envoler.
    Le Mari fait seul le voyage.
    La Belle avait un père, homme prudent et sage :
    Il laissa le torrent couler.
    À la fin, pour la consoler,
    Ma fille, lui dit-il, c’est trop verser de larmes :
    Qu’a besoin le défunt que vous noyiez vos charmes ?
    Puisqu’il est des vivants, ne songez plus aux morts.
    Je ne dis pas que tout à l’heure
    Une condition meilleure
    Change en des noces ces transports ;
    Mais, après certain temps, souffrez qu’on vous propose
    Un époux beau, bien fait, jeune, et tout autre chose
    Que le défunt. ─ Ah ! dit-elle aussitôt,
    Un Cloître est l’époux qu’il me faut.
    Le père lui laissa digérer sa disgrâce.
    Un mois de la sorte se passe.
    L’autre mois on l’emploie à changer tous les jours
    Quelque chose à l’habit, au linge, à la coiffure.
    Le deuil enfin sert de parure,
    En attendant d’autres atours.
    Toute la bande des Amours
    Revient au colombier : les jeux, les ris, la danse,
    Ont aussi leur tour à la fin.
    On se plonge soir et matin
    Dans la fontaine de Jouvence.
    Le Père ne craint plus ce défunt tant chéri ;
    Mais comme il ne parlait de rien à notre Belle :
    Où donc est le jeune mari
    Que vous m’avez promis ? dit-elle.
    (Livre VI, Fable XXI)

    Les Obsèques de la lionne

    La femme du lion mourut ;
    Aussitôt chacun accourut
    Pour s’acquitter envers le prince
    De certains compliments de consolation
    Qui sont surcroît d’affliction.
    Il fit avertir sa province
    Que les obsèques se feraient
    Un tel jour, en tel lieu, ses prévôts y seraient
    Pour régler la cérémonie,
    Et pour placer la compagnie.
    Jugez si chacun s’y trouva.
    Le prince aux cris s’abandonna,
    Et tout son antre en résonna :
    Les lions n’ont point d’autre temple.
    On entendit, à son exemple,
    Rugir en leurs patois messieurs les courtisans.
    Je définis la cour un pays où les gens,
    Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents,
    Sont ce qu’il plaît au prince, ou, s’ils ne peuvent l’être,
    Tâchent au moins de le parêtre :
    Peuple caméléon, peuple singe du maître ;
    On dirait qu’un esprit anime mille corps :
    C’est bien là que les gens sont de simples ressorts.
    Pour revenir à notre affaire,
    Le cerf ne pleura point. Comment eût-il pu faire ?
    Cette mort le vengeait : la reine avait jadis
    Étranglé sa femme et son fils.
    Bref, il ne pleura point. Un flatteur l’alla dire,
    Et soutint qu’il l’avait vu rire.
    La colère du roi, comme dit Salomon,
    Est terrible, et surtout celle du roi lion ;
    Mais ce cerf n’avait pas accoutumé de lire.
    Le monarque lui dit : « Chétif hôte des bois,
    Tu ris ! tu ne suis pas ces gémissantes voix.
    Nous n’appliquerons point sur tes membres profanes
    Nos sacrés ongles : venez, loups,
    Vengez la reine, immolez tous
    Ce traître à ses augustes mânes. »
    Le cerf reprit alors : « Sire, le temps de pleurs
    Est passé ; la douleur est ici superflue.
    Votre digne moitié, couchée entre des fleurs,
    Tout près d’ici m’est apparue ;
    Et je l’ai d’abord reconnue.
    « Ami, m’a-t-elle dit, garde que ce convoi,
    « Quand je vais chez les dieux, ne t’oblige à des larmes.
    « Aux Champs Élysiens j’ai goûté mille charmes,
    « Conversant avec ceux qui sont saints comme moi.
    « Laisse agir quelque temps le désespoir du roi :
    « J’y prends plaisir. » À peine on eut ouï la chose,
    Qu’on se mit à crier : « Miracle, Apothéose ! »
    Le cerf eut un présent, bien loin d’être puni.
    Amusez les rois par des songes ;
    Flattez-les, payez-les d’agréables mensonges :
    Quelque indignation dont leur cœur soit rempli,
    Ils goberont l’appât ; vous serez leur ami.
    (Livre VIII, Fable XIV)

    La Mort et le Mourant

    La Mort ne surprend point le sage ;
    Il est toujours prêt à partir,
    S’étant su lui-même avertir
    Du temps où l’on se doit résoudre à ce passage.
    Ce temps, hélas ! embrasse tous les temps :
    Qu’on le partage en jours, en heures, en moments,
    Il n’en est point qu’il ne comprenne
    Dans le fatal tribut ; tous sont de son domaine ;
    Et le premier instant où les enfants des rois
    Ouvrent les yeux à la lumière,
    Est celui qui vient quelquefois
    Fermer pour toujours leur paupière.
    Défendez-vous par la grandeur,
    Alléguez la beauté, la vertu, la jeunesse,
    La Mort ravit tout sans pudeur.
    Un jour le monde entier accroîtra sa richesse.
    Il n’est rien de moins ignoré,
    Et puisqu’il faut que je le die,
    Rien où l’on soit moins préparé.
    Un Mourant qui comptait plus de cent ans de vie,
    Se plaignait à la Mort que précipitamment
    Elle le contraignait de partir tout à l’heure,
    Sans qu’il eût fait son testament,
    Sans l’avertir au moins. « Est-il juste qu’on meure
    Au pied levé ? dit-il : attendez quelque peu.
    Ma femme ne veut pas que je parte sans elle ;
    Il me reste à pourvoir un arrière-neveu ;
    Souffrez qu’à mon logis j’ajoute encore une aile.
    Que vous êtes pressante, ô Déesse cruelle !
    ─ Vieillard, lui dit la Mort, je ne t’ai point surpris.
    Tu te plains sans raison de mon impatience.
    Eh ! n’as-tu pas cent ans ? trouve-moi dans Paris
    Deux mortels aussi vieux, trouve-m’en dix en France.
    Je devais, ce dis-tu, te donner quelque avis
    Qui te disposât à la chose :
    J’aurais trouvé ton testament tout fait,
    Ton petit-fils pourvu, ton bâtiment parfait ;
    Ne te donna-t-on pas des avis quand la cause
    Du marcher et du mouvement,
    Quand les esprits, le sentiment,
    Quant tout faillit en toi ? Plus de goût, plus d’ouïe ;
    Toute chose pour toi semble être évanouie ;
    Pour toi l’astre du jour prend des soins superflus :
    Tu regrettes des biens qui ne te touchent plus.
    Je t’ai fait voir tes camarades,
    Ou morts, ou mourants, ou malades.
    Qu’est-ce que cela, qu’un avertissement ?
    Allons, vieillard, et sans réplique.
    Il n’importe à la république
    Que tu fasses ton testament. »
    La Mort avait raison. Je voudrais qu’à cet âge
    On sortît de la vie ainsi que d’un banquet,
    Remerciant son hôte, et qu’on fît son paquet ;
    Car de combien peut-on retarder le voyage ?
    Tu murmures, vieillard ; vois ces jeunes mourir,
    Vois-les marcher, vois-les courir
    À des morts, il est vrai, glorieuses et belles,
    Mais sûres cependant, et quelquefois cruelles.
    J’ai beau te le crier ; mon zèle est indiscret :
    Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret.
    (Livre VIII, Fable I)

    IMAGE

    decitre.fr

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-16
    Loading

    Notes

    Source : Jean de La Fontaine, Fables, Introduction et chronologie par Alain-Marie Bassy, Bibiographie et notes par Yves Le Pestipon, Paris, Flammarion, 1995.