• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Euphratès

    L'empereur Hadrien (76-138) avait pour ami Euphratès, philosophe stoïcien d'origine syrienne. Épictète le cite dans ses Pensées : « Souviens-toi de ce que disait Euphratès, qu'il s'était fort bien trouvé d'avoir longtemps caché qu'il était philosophe ; car, outre qu'il s'était convaincu par là qu'il ne faisait rien pour être vu des hommes, et qu'il faisait tout pour les dieux et pour lui, il avait eu la consolation que, comme il combattait seul, il s'exposait aussi tout seul, et n'exposait ni son prochain, ni la philosophie par les fautes qui auraient pu lui échapper, et enfin qu'il avait eu ce plaisir secret d'être plutôt reconnu philosophe à ses actions qu'à ses habits.»( XXXII). Pline le Jeune* (61-114) a étudié la philosophie avec Euphratès et laisse de son maître un très beau témoignage. Marguerite Yourcenar* consacre à Euphratès et à son suicide un paragraphe dans ses Mémoires d'Hadrien.

    Selon Katell Berthelot, «la vie d'Euphratès a été retracée au mieux par P. Grimal qui éclaire la figure du philosophe stoïcien d'une lumière plus objective que l'ont fait Philostrate, partisan d'Apollonios lequel voyait en Euphratès son pire ennemi. Philostrate le dépeint comme individu de "moralité douteuse." D'après Épictète et Pline, Euphratès semble avoir enseigné un stoïcisme* peu sévère, favorable à l'action politique et en contenu essentiellement éthique*. Comme dans la Stoa en général, sa philosophie était empreinte de rationalisme, et visait la conformité avec la nature.»

    Toujours, selon Berthelot, Euphratès n'utilise pas le terme misanthropia pour caractériser l'attitude des juifs vis-à-vis des non-juifs, mais l'adjectif amiktos que Josèphe lui-même emploie dans les Antiquités. Ce terme signifie «sans mélange», «pur», «qui ne fraie pas avec les autres». Autrement dit, amiktos définit le refus de partager la même table et le refus de toute célébration religieuse commune. Mais il n'exhorte pas Vespasien à anéantir les juifs, mais plutôt à les laisser un espace libre pour s'organiser entre eux.

    (K. Berthelot, Philanthrôpia Judaica, Le débat autour de la «misanthropie» des lois juives dans l'Antiquité, 2002, p. 154-155) http://books.google.ca/

    Pline le Jeune, Lettres, Livre I. Lettre X

    PLINE SALUE SON CHER ATTIUS CLEMENS
    Si jamais les belles lettres ont été florissantes dans notre ville, c'est assurément aujourd'hui. Les exemples en sont nombreux et illustres; un seul suffira, celui du philosophe Euphratés. Je l'ai connu en Syrie, où tout jeune je faisais mes premières armes; admis chez lui, je l'ai étudié à fond, et me suis efforcé de gagner son amitié, quoiqu'il n'y eût pas besoin de grands efforts; car il est d'un abord facile, accueillant et plein de la bienveillance qu'il enseigne. Et plût aux dieux que j'eusse répondu à l'espoir qu'il conçut alors à mon sujet, comme il a ajouté, lui, à ses mérites; à moins que je ne les admire davantage aujourd'hui, parce que je les comprends mieux. Et pourtant même à présent je ne les comprends pas assez : car de même qu'on ne peut juger un peintre, un graveur, un modeleur, sans être artiste, de même un sage seul est capable de connaître à fond un sage. Mais autant que je puis en juger, tant de qualités éminentes brillent en Euphratès, qu'elles frappent et touchent même les moins instruits. Il a de la finesse, de la solidité, de l'élégance dans l'argumentation, et souvent même il atteint à la magnifique élévation et à l'ampleur de Platon*. Sa conversation est abondante et variée, insinuante surtout et propre à séduire et entraîner les plus rebelles; ajoutez à cela une haute taille, un beau visage, des cheveux longs, une grande barbe blanche. Ces dehors, quelque fortuits et vains qu'on les juge, n'ajoutent pas moins beaucoup à la vénération qu'on a pour lui. Rien de négligé dans sa tenue, rien de morose dans son air, mais un grand sérieux; son abord inspire le respect, non la crainte; une parfaite pureté de mœurs, une affabilité égale; il poursuit les vices, non les personnes; il ne châtie pas les coupables, mais il les corrige. On suit son enseignement avec une attention avide, et, convaincu déjà par lui, on souhaite qu'il ait encore à vous convaincre. Il a trois enfants, dont deux fils, qu'il a élevés avec le plus grand soin. Son beau-père, Pompéius Julianus, jouit d'une haute réputation pour sa vie entière, mais en particulier parce que, étant lui-même le premier de sa province, parmi les jeunes gens des plus hautes conditions, il choisit comme gendre celui qui l'emportait non par le rang, mais par la sagesse.

    Mais pourquoi parler plus longuement d'un homme dont il ne m'est plus permis de jouir? Est-ce pour accroître mes regrets de cette privation? Tiraillé par une charge aussi importante que fâcheuse, je siège au tribunal, je vise des requêtes, je fais des comptes, j'écris une foule de lettres fort peu littéraires. Je me plains quelquefois de ces tracas à Euphratès (mais combien rare est ce plaisir !). Lui me console en m'assurant que c'est suivre la vraie philosophie et même la plus haute, que de traiter les affaires publiques, d'instruire les procès, de les juger, d'expliquer les lois et de les appliquer, en un mot de mettre en pratique tout ce que les philosophes enseignent. Mais le seul point sur lequel il ne me persuade pas, c'est que de si médiocres occupations vaillent mieux que de passer mes journées entières avec lui, à l'écouter et à m'instruire. Aussi je vous engage, vous qui êtes libre, dès que vous serez de retour à Rome (et puissiez-vous y revenir plus vite dans ce dessein) à vous en remettre à lui du soin de vous épurer et de vous rendre parfait. Car je n'envie pas à autrui, comme beaucoup font, les avantages dont je suis privé; au contraire j'éprouve un vrai sentiment de plaisir, quand je vois mes amis regorger des biens qui me sont refusés. Adieu.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-16
    Loading

    Documents associés