• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Esthétique de l'angoisse

    Benjamin Delmotte, Esthétique de l'angoisse. Le Memento mori comme thème esthétique, Paris, PUF, « Lignes d'art, », 2010, 121 pages.

    Memento mori (« souviens-toi que tu vas mourir ») : la sagesse lapidaire de la maxime latine est ici envisagée comme une invitation à parcourir l'histoire de l'art pour y déceler l'oeuvre de l'angoisse. Car il est une esthétique de l'angoisse de mort, qui ne recouvre pas tout à fait celle de la mort et son iconologie macabre. La maxime doit donc être réécoutée pour y entendre le rapport au monde, et notamment la distance, qu'implique l'angoisse. La formule devient alors concept opératoire pour envisager la façon dont l'angoisse travaille l'oeuvre d'art, par-delà toute analyse simplement iconologique. Qu'est-ce que donc qu'une oeuvre angoissante? En quoi une peinture, par exemple, peut-elle constituer un rappel cinglant de la certitude de la mort? À charge, pour le phénoménologie, d'envisager la fascination ambiguë pour la mort dont témoigne l'histoire de l'art, et de montrer comment le tableau peut faire voir ce qui s'entend dans la maxime « memento mori » (quatrième page de la couverture).

    Les Incipit

    Avant-propos

    C'est une expérience de spectateur qui motive cet essai. Devant des oeuvres souvent très différentes, relevant d'époques et de courants très variés, une même étrange distance s'instaurait. Une distance qui n'était pas le signe d'un désintérêt mais au contraire la condition d'une fascination. C'était l'impression de coïncider exactement avec l'artiste ou le personnage, de saisir l'évidence de plus dans une forme de retrait énigmatique : un sentiment d'éloignement, un temps en suspens, une stupéfaction à la fois rêveuse et effrayée (o.c., p. 7).

    Introduction

    Memento mori : l'expression latine est bien connue, largement utilisée et commentée; elle n'a pourtant pas perdu la sécheresse claquante de son énonciation. Ces mots si souvent entendus continuent à oeuvrer silencieusement dans la conscience de celui à qui ils sont répétés, ils se prolongent dans un murmure intérieur, un écho béat aux résonances parfois maladives où l'effroi le dispute à la stupéfaction (o.c., p. 9)

    Chapitre I

    L'expression memento mori jouit d'une grande notoriété historique : elle était la devise légendaire de Marc Aurèle, de Jean de Dinteville (dont Holbein a peint un portrait célèbre), et était prononcée lors des triomphes des généraux romains : Wolfgang Beech évoque en effet le rôle de l'esclave censé répéter cette formule à l'oreille du général pendant qu'il défilait sous les acclamations de la foule. L'usage littéral de cette expression n'est cependant peut-être pas avéré dans ces circonstances. Il semble que la formule utilisée était bien plutôt : respice post te, hominem te esse memento [regarde derrière toi, souviens-toi que tu es un homme] (o.c., p. 25)

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading