• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Écocimetières

    Les responsables du cimetière communautaire Royal Oak dans la région de Victoria en Colombie-Britannique offriront dès l'automne des enterrements écologiques dans le premier cimetière vert au Canada.

    Les lots où seront enterrés les cercueils retrouveront leur état naturel une fois l'enterrement terminé. Et au lieu d'une pierre tombale, la famille du défunt pourra marquer l'emplacement par un arbre ou une plante. Toutefois, seules des espèces indigènes seront permises.

    Pour respecter entièrement la nature, les corps ne seront pas embaumés, mais enveloppés dans des linceuls de chanvre avant d'être déposés dans des cercueils de pin, de bambou ou d'osier.

    (Sophie Rousseau, Radio-Canada, «Nouvelles régionales Colombie Britannique,10 juillet 2008)

    «Au Royaume-Uni, où l’industrie de la mort naturelle fleurit depuis 1993, on compte maintenant plus de 200 écocimetières. L’industrie funéraire, là-bas, n’a jamais eu autant de pouvoir qu’ici, selon Mike Salisbury. C’est là un contexte idéal pour le développement d’une industrie alternative. Pour Hazel Selina, créatrice d’Écopod, le mouvement de la mort verte au Royaume-Uni a des racines historiques. «Nous avons un héritage victorien austère qui nous vient de notre bonne vieille Reine, en particulier en ce qui concerne l’industrie funéraire. La mort naturelle est peut-être un simple retour du balancier, la renaissance de rituels moins protocolaires et collet monté.» L’Écopod qu’elle fabrique est un cercueil ultra léger fait de papier recyclé et qui rappelle vaguement un sarcophage égyptien. Il devrait être offert au Canada dès 2008.

    [...]

    Au Québec, Stéphane Elkas, directeur de la Maison funéraire Steve L. Elkas, à Sherbrooke, a accepté un partenariat avec les cercueils Le Vertsant. Depuis janvier 2006, cette entreprise québécoise fabrique, selon une méthode artisanale, des cercueils et des urnes de bois récupéré sans clou ni vis, ni teinture. « J’ai remarqué que si les gens étaient plus attirés par les cercueils de bois que par les cercueils en métal, c’était d’abord pour des raisons écologiques », raconte M. Elkas.»
    (Sophie Massé, «Le décès écologique expliqué aux vivants» 11 avril 2007)
    forestofmemories.org/media/ 2007/04/11/mourir-vert-to-die-green/

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10
    Loading