• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Éburons (Tongres): suicide collectif des Romains

    Tongres, BelgiqueEn 54 av. J.-C. en Gaule, aurait lieu le suicide mutuel des soldats de Corta et Sabinus, cernés par le Gaulois Ambiorix pendant la nuit dans leur camp ( César, Guerre des Gaules, 5, 37, 4-6).

    Rappel historique

    Ambiorix fut le chef de la tribu belge des Éburons, établis dans le région de Tongres (à l’époque Atuatuca Tungrorum) dans les Ardennes et en Campine. «Ambiorix» signifie double roi (roi des Éburons et des Atuatuques, fait attesté par César). Le nom est d’origine gauloise. Les Éburons étant d’expression germanique mais pratiquant la culture celtique, avaient probablement aussi repris quelques titres gaulois. Ils infligèrent une cinglante défaite aux légions romaines en 54 avant J.-C. peut-être dans la vallée du Geer.



    « Grâce à un stratagème, Ambiorix entraîna la XIVe légion romaine de Cotta et Sabinus dans un guet-àpens et l’anéantissait. Puis il marcha sur le camp de Quintus Cicéron, le neveu du célèbre homme d’État du même nom. Les troupes romaines furent assiégées. César réussit à intervenir juste à temps pour délivrer ses troupes. La moitié de la légion était déjà exterminée. Ambiorix parvint à s’enfuir et se réfugia chez les Germains, mais les légions de César se livrèrent à des représailles si importantes (les habitants sont déportés, vendus comme butin de guerre) que le peuple des Éburons disparaît de l’Histoire officielle. Il se peut que les Éburons s’appelaient eux-mêmes Tungri (ceux qui parlent notre langue. Site: Histoire du monde, « Ambiorix »:

    http://www.histoiredumonde.net/article.php3?id_article=1536

    Récit du suicide collectif par Jules César

    «(1) Sabinus ordonne aux tribuns des soldats et aux centurions des premiers rangs qu'il avait alors autour de lui, de le suivre. Arrivé près d'Ambiorix, il en reçoit l'ordre de mettre bas les armes ; il obéit, et ordonne aux siens de déposer les leurs. (2) Pendant qu'ils discutent les conditions dans un entretien qu'Ambiorix prolonge à dessein, Sabinus est peu à peu enveloppé, et mis à mort. (3) Alors les Barbares, poussant leurs cris de victoire, se précipitent sur nos troupes et les mettent en désordre. (4) Là fut tué les armes à la main L. Cotta, avec la plus grande partie des soldats romains. Le reste se retira dans le camp d'où l'on était sorti. (5) Un d'entre eux, L. Pétrosidius, porte-aigle, pressé par une multitude d'ennemis, jeta l'aigle dans les retranchements et périt devant le camp, en combattant avec le plus grand courage. (6) Les autres y soutinrent avec peine un siège jusqu'à la nuit, et, cette nuit même, dans leur désespoir, ils se tuèrent tous jusqu'au dernier. (7) Quelques-uns, échappés du combat, gagnèrent, par des chemins détournés à travers les forêts, les quartiers du lieutenant T. Labiénus, et l'instruisirent de ce désastre.

    Site de L'antiquité grecque et latine et du moyen âge (ucl): Jules César, Guerre des Gaules

    http://bcs.fltr.ucl.ac.be/CAES/BGV.html#5-37

    IMAGE
    Monument d'Ambiorix à Tongres,Province du Limbourg, Belgique.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10