• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Douglas D. Jack

    Jack Douglas Sociologue américain, auteur de The Social Meaning of Suicide, excellente exégèse et critique de la méthode de Durkheim*. Douglas formule les six composantes de toute bonne définition du suicide: 1. L’amorce (initiation) d’un acte qui entraînera la mort de son auteur (initiator); 2. La décision (willing) d’un acte qui aboutira à la mort du décideur (willer); 3. La volonté d’autodestruction*; 4. La perte de la volonté de vivre (the loss of will); 5. Le désir (motivation) d’être mort (to be dead) ou de mourir (to die) qui est à l’origine de l’amorce de l’acte qui conduira à la mort de son auteur; 6. La conscience (knowledge) de l’auteur qui sait que son acte produira effectivement la mort (objective state of death). Douglas décompose le processus décisionnel du suicidant à partir de la fin, c’est-à-dire l’amorce de l’acte proprement dit. Ensuite, il remonte progressivement jusqu’à la source de l’acte, c’est-à-dire les premières pulsions et la prise de conscience de leur existence ainsi que de leur pouvoir mortel. Le point tournant de cette décortication d’ordre logique semble se situer au moment où l’auteur perd la volonté de vivre (4) et acquiert la volonté de se supprimer (3). Selon Douglas, le sens social du suicide diffère d’une société à une autre. Plus une société tend à intégrer ses membres dans un projet collectif, plus le suicide est socialement réprouvé comme contraire à la volonté de vivre ensemble, plus les suicides sont occultés et plus les statistiques sont trompeuses. Certaines formes de stigmatisation de conduites jugées suicidaires sont des manœuvres par lesquelles un groupe essaie d’exercer son contrôle sur le groupe soi-disant à risque. L’étude de la mort volontaire ne doit pas se faire à partir de statistiques, mais à partir de cas individuels.

    © Éric Volant

    Tous droits réservs

     

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-06-29
    Loading

    Notes