• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Dostoïevski Fedor Mikhaïhovich

    DostoievskiNé à Moskou le 30 octobre 1821, Dostoïevski entre à seize ans à l'École de Génie. Alors que la vie militaire lui pèse, il consacre son temps à la lecture de Balzac, Hoffmann, Schiller, Hugo, Shakespeare*, Racine et Goethe*. Il traduit Eugénie Grandet de Balzac et écrit son premier roman Les pauvres gens (1845), un roman d'amour sous forme épistolaire. S'étant rapproché du cercle socialiste de Petrachevski en 1847, il est arrêté avec plusieurs de ses compagnons et condamné à mort. À l'instant même de l'exécution, le tsar Nicolas I commue la peine en travaux forcés à Omsk en Sibérie en 1849. De ses quatre années de bagne, il revient avec Souvenirs de la Maison des Morts (1860). Il épouse une veuve Maria Dmitrievna Issaïev, qui a un fils en charge, et vit dans la pauvreté. Pour assurer sa survie, il envoie ses écrits sous forme de feuilleton aux journaux et périodiques. Il publie Humiliés et Offensés (1861). À l'issu de son voyage à Londres, Cologne, Paris et en Suisse, il nous laisse Notes d'hiver sur des impressions d'été. Après une période de crise où il a une liaison avec Apollinaria Souslova et perd au jeu, il écrit Le Joueur et Mémoires dans un souterrain. Sa femme meurt en 1864. Peu après avoir terminé Crime et châtiment, il épouse Anna Grigorievna Snitkine en 1864. Vient alors une période de grande production littéraire: L'Idiot, L'éternel mari (1870), Les Possédés (1871), L'Adolescent (1875), Les Frères Kamarazov (1879), Journal d'écrivain (1873, 1875...). Il passe par l'épreuve du deuil*de deux de ses quatre enfants. Après une brève maladie, il meurt le 28 janvier 1881.

     

    IMAGE

    classiques. uqac.ca

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18

    Documents associés