• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Dénonciateurs

    En anglais wistleblowers. On désigne ainsi ceux qui, indignés par les fautes graves, négligences ou traitements injustes dont ils sont témoins dans leur milieu de travail, décident de dénoncer haut et fort ces situations intolérables. À cause de leur geste, parfois fort médiatisé, ils risquent de subir les foudres de leur employeur ou de leurs collègues et se mettent dans des positions inconfortables à l’égard du système judiciaire ou de l’opinion publique. La crédibilité de leur témoignage et la légitimité de leur démarche sont parfois mises en doute. La perte de leur emploi et de leur réputation, leur difficulté de se faire entendre ou de se faire comprendre, le manque d’appui et de soutien les mènent parfois à une situation sans issue. Ainsi, Serge Marcotte*, pompier volontaire de Trois-Rivières au Québec*, est l’un de ces dénonciateurs malmenés. Il a dénoncé les failles dans les services de sécurité de la ville. Son calvaire, public et intérieur, s’est terminé par le suicide. Cependant, les gouvernements éviteront de tomber dans une éthique de dénonciation par la promulgation de lois qui favoriseraient un climat de méfiance et de paranoïa, très fréquent dans le temps de l’occupation militaire ou de la répression politique. La dénonciation peut devenir l’arme choisie du tyran pour garantir sa mainmise sur les consciences et installer un régime de peur. Mieux vaut se taire, mentir et désobéir que de dénoncer, même si l’on risque ainsi la mort par altruisme.*

    Lien

    « La dénonciation civique sans calomnie ni délation »

    http://denonciation.com/

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-10