• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort


    Découverte de la capitale de l'empire Khazar

    En septembre 2008, des archéologues russes ont annoncé avoir découvert la capitale disparue de l'empire Khazar dans le Sud de la Russie. Leurs travaux d'excavation ont eu lieu près du village de Samosdelka, au nord de la Mer Caspienne, qui porte encore le nom de Mer des Khazars. L'organisateur de l'expédition, Dmitry Vasilyev de l'université nationale de la ville d'Astrakhan, estime que cette découverte permettra d'en apprendre beaucoup sur la vie que menaient les Khazars, sur leurs traditions, leurs rites funéraires et leur culture.

    Les Khazars constituaient un peuple semi-nomade turc d'Asie centrale, qui avait adopté le judaïsme comme religion nationale et dont l'existence est attestée entre le VI° et le XIII° siècles de notre ère. A son apogée, le royaume Khazar régissait la majorité de ce qui est actuellement le Sud de la Russie, l'Ouest du Kazakhstan, l'Est de l'Ukraine, l'Azerbaïdjan et le Nord du Caucase aux abords de la Volga. Au Xe siècle, la Russie naissante porta un coup fatal à l'empire Khazar. Un État indépendant subsista encore durant quelques décennies jusqu'au début du XIe siècle. Certains Khazars rejoignirent alors les communautés juives byzantines, d'autres la Hongrie, et d'autres la Pologne.

    La ville découverte était la capitale des Khazars, appelée Itil (ou Atil) dans des chroniques arabes, mais Vasilyev pense que ce mot désignait la Volga, sur laquelle la ville a été fondée ou la région du delta du fleuve. Itil était un lieu multiethnique avec des temples et des juges pour les juifs, les musulmans, les chrétiens et les païens. Ses vestiges n'avaient jusqu'à présent jamais été identifiés et on croyait qu'elle avait été engloutie par la Mer Caspienne.

    Des archéologues fouillent la région de Samosdelka depuis neuf ans, mais ce n'est que maintenant qu'ils ont découvert suffisamment de preuves pour appuyer leur thèse. Parmi ces éléments les ruines d'une ancienne forteresse en briques.
    «A l'intérieur de la forteresse, nous avons découvert des huttes semblables aux yourtes, qui sont caractéristiques des villes khazares. La forteresse était triangulaire et faite en briques. C'est une autre preuve, qu'il ne s'agissait pas d'une ville ordinaire", explique l'archéologue.»

    Environ dix archéologues et cinquante étudiants ont participé aux excavations dans la région pendant l'été. Les fouilles ont été en partie financées par l'université juive de Moscou et le Congrès juif russe.

    SOURCES
    ¥ael Ancri, «Découverte de la capitale de l'empire Khazar»
    http://a7fr.net/article/56614.htm

    Le Figaro http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/09/03/01011-2008090
    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:-1-11-30
    Loading