• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Daphné

    À l'instar d'Artémis (Diane), Daphné est une figure mythologique de la virginité, de la chasteté ou du refus à la fois du mariage et de l'amour des hommes, fuite du monde comparable à celle qui est cherchée dans la vie monastique. Proche du suicide*, selon Karl Jaspers. Des ingrédients du sacrifice* s'y mêlent à des éléments de la métempsycose ou de la réincarnation. Poursuivie des amours d'Apollon, Daphné se métamorphose en laurier. L'immortalité de la nymphe est assurée et confirmée par la transformation d'une déesse de rang inférieur en arbre symbolisant la victoire. Victoire de Daphné, qui réussit sa fuite en se soustrayant au pouvoir mâle. Victoire féminine sur la mort et sur l'élément masculin. Victoire aussi pourtant du jeune dieu dont la tête est couronnée d'une branche de laurier.
    Eros, par sa flèche, blesse Apollon en embrasant son coeur d'un amour passionné pour Daphné, qui, blessée à son tour par une flèche qui la porte à renoncer à cet amour. Cette double fêlure symbolise la finitude de toute relation promise et annonce la proximité de toute possible rupture. Au lieu du don poursuivi par Apollon, celui-ci recueille d'abord le refus de Daphné. Le don au-delà du refus prend la forme d'une branche de laurier, signe d'une victoire ultime qui résonne comme un re-don, un don au-delà de l'amour offert, une réponse virginale de la femme à la requête masculine.

    Amour et haine, homme et femme, accueil et refus, fuite et poursuite, don et refus, vie et mort sont des opposés, contraires ou contradictoires, inséparables qui s'interpellent mutuellement, s'éloignent et se rapprochent, se stimulent et se limitent, s'excluent ou se complètent.

    Parthénios de Nicée, poète du 1er siècle avant. J.-C, est le premier qui livre le récit de Daphné dans un seul ouvrage qui nous est parvenu, les Erotica Pathemata (Passions amoureuses):

    C'est ainsi que l'histoire de Daphné, fille d'Amyclas, est racontée. Elle n'allait jamais dans la cité, ni ne s'associait avec les autres jeunes filles ; mais elle avait des meutes nombreuses, en Laconie et dans les lointaines montagnes du Péloponnèse. Par sa passion de la chasse, elle était devenue chère à Artémis*, qui lui avait donné le don de viser juste. Un jour, elle dut traverser l'Elide, et là Leucippe, fils d'Oenomaos, tomba amoureux d'elle ; il résolut de ne pas la courtiser de la manière traditionnelle, mais se revêtit de vêtements féminins et la rejoignit à la chasse. Et il advint qu'elle devint rapidement très attachée à lui, ne voulant pas qu'il s'éloigne, l'embrassant et s'accrochant à lui tout le temps. Mais Apollon était aussi amoureux de la jeune fille, et c'est avec un sentiment de colère et de jalousie qu'il vit Leucippe avec elle ; il lui mit dans l'esprit d'aller se baigner dans un fleuve avec ses suivantes. À leur arrivée, elles commencèrent à se déshabiller, et quand elle virent que Leucippe n'était pas près à suivre leur exemple, elles lui ôtèrent ses vêtements de force et, lorsqu'elles constatèrent qu'elles avaient été trompées et qu'il avait ourdi un complot contre elles, elles plongèrent leurs lances dans son corps. Mais il disparut, par la volonté des dieux. Daphné, qui voyait Apollon s'avancer vers elle, s'enfuit et, comme il la poursuivait, elle implora Zeus d'être soustraite de la vue des mortels. Et l'on suppose qu'elle est devenue l'arbre qui porte son nom en grec, le laurier.

    Hygin, auteur latin contemporain de Parthénios, cite également Daphné dans une de ses fables :

    Quand Apollon poursuivit Daphné, fille du fleuve Pénée, elle demanda la protection de la Terre Mère, qui la reçut, et qui la changea en laurier. Apollon en coupa une branche et la plaça sur sa tête. C'est ainsi que l'on représente ordinairement Apollon coiffé d'une couronne de laurier, couronne qui reste encore aujourd'hui symbole de victoire.

    Pausanias, historien du 2e siècle après J.-C., donne sa version du mythe de Daphné :

    Leucippe était fils d'Oenomaüs, roi de Pise; le jeune prince, passionnément amoureux de Daphné, comprit que s'il la recherchait ouvertement en mariage il s'exposerait à un refus, parce qu'elle avait de l'aversion généralement pour tous les hommes: voici donc le stratagème dont il s'avisa.

    Il laissa croître ses cheveux pour en faire, disait-il, un sacrifice* au fleuve Alphée; après les avoir noués à la manière des jeunes filles il prit un habit de femme et alla voir Daphné ; il se présenta à elle sous le nom de la fille d'Oenomaüs, et lui témoigna avoir grande envie de faire une partie de chasse avec elle. Daphné fut trompée à l'habit, et Leucippe passa pour une fille. Comme d'ailleurs sa naissance et son adresse lui donnaient un grand avantage sur toutes les compagnes de Daphné, et qu'il n'oubliait rien pour lui plaire, il eut bientôt gagné ses bonnes grâces.

    Ceux qui mêlent les amours d'Apollon avec cette aventure ajoutent que le dieu piqué de voir Leucippe plus heureux que lui, inspira à Daphné et à ses compagnes l'envie de se baigner dans le Ladon ; que Leucippe fut contraint de quitter ses habits comme les autres, et qu'ayant été reconnu pour ce qu'il était, il fut tué à coups de flèches ou de poignard. Voilà ce que disent les Arcadiens.

    Le poète latin Ovide (43 av. J.-C. - 17 ap. J.-C.) vulgarisa les amours malheureuses d'Apollon et de Daphné, dans ses Métamorphoses (I, 452-567):

    Fille du fleuve Pénée, Daphné fut le premier objet de la tendresse d'Apollon. Cette passion ne fut point l'ouvrage de l'aveugle hasard, mais la vengeance cruelle de l'Amour irrité. Le dieu de Délos, fier de sa nouvelle victoire sur le serpent Python, avait vu [Eros] le fils de Vénus qui tendait avec effort la corde de son arc: «Faible enfant, lui dit-il, que prétends-tu faire de ces armes trop fortes pour ton bras efféminé? Elles ne conviennent qu'à moi, qui puis porter des coups certains aux monstres des forêts, faire couler le sang de mes ennemis, et qui naguère ai percé d'innombrables traits l'horrible Python qui, de sa masse venimeuse, couvrait tant d'arpents de terre. Contente-toi d'allumer avec ton flambeau je ne sais quelles flammes, et ne compare jamais tes triomphes aux miens.»

    [463] L'Amour [Eros] répond : «Sans doute, Apollon, ton arc peut tout blesser; mais c'est le mien qui te blessera; et autant tu l'emportes sur tous les animaux, autant ma gloire est au-dessus de la tienne». Il dit, et frappant les airs de son aile rapide, il s'élève et s'arrête au sommet ombragé du Parnasse: il tire de son carquois deux flèches dont les effets sont contraires; l'une fait aimer, l'autre fait haïr. Le trait qui excite l'amour est doré; la pointe en est aiguë et brillante: le trait qui repousse l'amour n'est armé que de plomb, et sa pointe est émoussée. C'est de ce dernier trait que le dieu atteint la fille de Pénée; c'est de l'autre qu'il blesse le coeur d'Apollon. Soudain Apollon aime; soudain Daphné fuit l'amour: elle s'enfonce dans les forêts, où, à l'exemple de Diane, elle aime à poursuivre les animaux et à se parer de leurs dépouilles: un simple bandeau rassemble négligemment ses cheveux épars.

    Plusieurs amants ont voulu lui plaire; elle a rejeté leur hommage. Indépendante, elle parcourt les solitudes des forêts, dédaignant et les hommes qu'elle ne connaît pas encore, et l'amour, et l'hymen et ses noeuds. Souvent son père lui disait, «Ma fille, tu me dois un gendre»; il lui répétait souvent, «Tu dois, ma fille, me donner une postérité». Mais Daphné haïssait l'hymen comme un crime, et à ces discours son beau visage se colorait du plus vif incarnat de la pudeur. Jetant alors ses bras délicats autour du cou de Pénée: «Cher auteur de mes jours, disait-elle, permets que je garde toujours ma virginité. Jupiter lui-même accorda cette grâce à Diane [Artémis]». Pénée se rend aux prières de sa fille. Mais, ô Daphné! que te sert de fléchir ton père? ta beauté ne te permet pas d'obtenir ce que tu réclames, et tes grâces s'opposent à l'accomplissement de tes voeux.

    [474] Cependant Apollon aime: il a vu Daphné; il veut s'unir à elle: il espère ce qu'il désire; mais il a beau connaître l'avenir, cette science le trompe, et son espérance est vaine. Comme on voit s'embraser le chaume léger après la moisson; comme la flamme consume les haies, lorsque pendant la nuit le voyageur imprudent en approche son flambeau, ou lorsqu'il l'y jette au retour de l'aurore, ainsi s'embrase et brûle le coeur d'Apollon; et l'espérance nourrit un amour que le succès ne doit point couronner.

    Il voit les cheveux de la Nymphe flotter négligemment sur ses épaules: Et que serait-ce, dit-il, si l'art les avait arrangés? Il voit ses yeux briller comme des astres; il voit sa bouche vermeille; il sent que ce n'est pas assez de la voir. Il admire et ses doigts, et ses mains, et ses bras plus que demi nus; et ce qu'il ne voit pas son imagination l'embellit encore. Daphné fuit plus légère que le vent; et c'est en vain que le dieu cherche à la retenir par ce discours:

    [504] «Nymphe du Pénée, je t'en conjure, arrête! ce n'est pas un ennemi qui te poursuit. Arrête, nymphe, arrête! La brebis fuit le loup, la biche le lion; devant l'aigle la timide colombe vole épouvantée: chacun fuit ses ennemis; mais c'est l'amour qui me précipite sur tes traces. Malheureux que je suis! prends garde de tomber! que ces épines ne blessent point tes pieds! que je ne sois pas pour toi une cause de douleur! Tu cours dans des sentiers difficiles et peu frayés. Ah! je t'en conjure, modère la rapidité de tes pas; je te suivrai moi-même plus lentement. Connais du moins l'amant qui t'adore: ce n'est point un agreste habitant de ces montagnes; ce n'est point un pâtre rustique préposé à la garde des troupeaux. Tu ignores, imprudente, tu ne connais point celui que tu évites, et c'est pour cela que tu le fuis. Les peuples de Delphes, de Claros, de Ténédos, et de Patara, obéissent à mes lois. Jupiter est mon père. Par moi tout ce qui est, fut et doit être, se découvre aux mortels. Ils me doivent l'art d'unir aux accords de la lyre les accents de la voix. Mes flèches portent des coups inévitables; mais il en est une plus infaillible encore, c'est celle qui a blessé mon coeur. Je suis l'inventeur de la médecine. Le monde m'honore comme un dieu secourable et bienfaisant. La vertu des plantes m'est connue; mais il n'en est point qui guérisse le mal que fait l'Amour; et mon art, utile à tous les hommes, est, hélas ! impuissant pour moi-même.»

    [525] Il en eût dit davantage; mais, emportée par l'effroi, Daphné, fuyant encore plus vite, n'entendait plus les discours qu'il avait commencés. Alors de nouveaux charmes frappent ses regards: les vêtements légers de la Nymphe flottaient au gré des vents; Zéphyr agitait mollement sa chevelure déployée, et tout dans sa fuite ajoutait encore à sa beauté. Le jeune dieu renonce à faire entendre des plaintes désormais frivoles: l'Amour lui-même l'excite sur les traces de Daphné; il les suit d'un pas plus rapide. Ainsi qu'un chien gaulois, apercevant un lièvre dans la plaine, s'élance rapidement après sa proie dont la crainte hâte les pieds légers; il s'attache à ses pas; il croit déjà la tenir, et, le cou tendu, allongé, semble mordre sa trace; le timide animal, incertain s'il est pris, évite les morsures de son ennemi, et il échappe à la dent déjà prête à le saisir: tels sont Apollon et Daphné, animés dans leur course rapide, l'un par l'espérance, et l'autre par la crainte. Le dieu paraît voler, soutenu sur les ailes de l'Amour; il poursuit la nymphe sans relâche; il est déjà prêt à la saisir; déjà son haleine brûlante agite ses cheveux flottants.

    [543] Elle pâlit, épuisée par la rapidité d'une course aussi violente, et fixant les ondes du Pénée: «S'il est vrai, dit-elle, que les fleuves participent à la puissance des dieux, ô mon père, secourez-moi! ô terre, ouvre-moi ton sein, ou détruis cette beauté qui me devient si funeste!» À peine elle achevait cette prière, ses membres s'engourdissent; une écorce légère presse son corps délicat; ses cheveux verdissent en feuillages; ses bras s'étendent en rameaux; ses pieds, naguère si rapides, se changent en racines, et s'attachent à la terre : enfin la cime d'un arbre couronne sa tête et en conserve tout l'éclat. Apollon l'aime encore; il serre la tige de sa main, et sous sa nouvelle écorce il sent palpiter un coeur. Il embrasse ses rameaux; il les couvre de baisers, que l'arbre paraît refuser encore: «Eh bien! dit le dieu, puisque tu ne peux plus être mon épouse, tu seras du moins l'arbre d'Apollon. Le laurier ornera désormais mes cheveux, ma lyre et mon carquois: il parera le front des guerriers du Latium, lorsque des chants d'allégresse célébreront leur triomphe et les suivront en pompe au Capitole: tes rameaux, unis à ceux du chêne, protégeront l'entrée du palais des Césars; et, comme mes cheveux ne doivent jamais sentir les outrages du temps, tes feuilles aussi conserveront une éternelle verdure.» Il dit; et le laurier, inclinant ses rameaux, parut témoigner sa reconnaissance, et sa tête fut agitée d'un léger frémissement.

    ARTS
    Nicolas Poussin, Apollon amoureux de Daphné, 1625
    Peinture à l'huile sur toile
    Ancienne Pinacothèque de Munich

    Guillaume Coustou, Apollon poursuivant Daphné, 1710
    Statue
    Paris, Musée du Louvre, Cour Marly.

    Harriet Goodhue Hosmer, Daphné, 1853-1854
    Buste
    Metropolitan Museum of Art, New York.

    Carlo Maratta (1625-1713), Apollon à la poursuite de Daphné
    Peinture
    Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

    Francesco Albane (1578-1660), Apollon et Daphné,
    Paris, musée du Louvre.

    Abraham Jamnitzer Wenzel (1508-1585), Daphné,
    Écouen, musée de la Renaissance.

    Gian Lorenzo Bernini (1598-1680), Apollon et Daphné (1622-1625)
    Rome, galerie Borghèse.

    CONSULTER :
    «Métamorphoses végétales de Daphné»
    http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/lettres/LanguesAncien
    «Daphné dans l'art»
    http://lesmenines.mabulle.com/index.php/2007/04/01

    IMAGE:
    «Daphné poursuivie par Apollon»
    La base Joconde, Ovide, Métamorphoses, Livre 1
    http://www.culture.gouv.fr

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-05
    Loading