• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Crevel René

    RenéRené Crevel, né le 10 août 1900 à Paris et décédé le 18 juin 1935 à Paris. Intellectuel révolutionnaire issu du surréalisme dont la correspondance a été recueillie dans Lettres de désir et de souffrance (Paris, Fayard, 1996). Auteur de plusieurs ouvrages parmi lesquels certains ont un titre révélateur: La mort difficile (1926), Le roman cassé (1934). Le 17 juin 1935, il connut une séance épuisante avec Malraux*, Aragon* et d’autres membres du comité d’organisation du congrès international des écrivains. Il se débattait vainement afin que le droit de parole y soit accordé à André Breton. Durant la nuit qui suivit, après avoir rencontré quelques amis, il s’enferma chez lui. Sur un meuble, il laissa une lettre pour son amie Tota Cuevas de la Serna et griffonna quelques mots sur un papier qu’il épingla au revers de sa veste: «Prière de m’incinérer. Dégoût.» Il prit une forte dose de phanadorm et accomplit les gestes qu’il a décrits, non sans humour, dans son premier livre: «Une tisane sur le fourneau à gaz, la fenêtre bien close, j’ouvre le robinet d’arrivée, j’oublie de mettre l’allumette…» (M. Carassou, René Crevel, Paris, Fayard, 1988, p. 266). Il avait à peine trente-cinq ans. Dans son adolescence, Crevel avait été traumatisé par l’image de son père pendu dans son appartement, sa mère ayant cru bon de le conduire devant ce spectacle horrible afin de lui montrer la lâcheté de l’acte suicidaire du père. Il en conçut une haine à l’égard de sa mère qui fut la cause de ses difficiles amours avec les femmes et d’une certaine misogynie. La veille de sa mort volontaire, il venait d’apprendre aussi qu’il souffrait de tuberculose rénale.

     

    IMAGE

    eldigoras.com

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-18

    Documents associés

    • Au carrefour de l'amour
    • Le livre que Paul Eluard* nous offre aujourd'hui s'appelle la Rose publique. La rose est le symbole...