• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Crane Hart

    americanpoems.comNé en 1899 à Garrettsville, Ohio (États-Unis), Harold Hart Crane («Hart» est le nom de sa mère), se suicida, le 26 avril 1932, en sautant du paquebot Orizaba lors de son retour du Mexique à New York. Ses dernières paroles auraient été: Goodbye, everybody.

    Enfant anxieux et tumultueux, il mettra fin à sa scolarité à 17 ans. Il commença à écrire de la poésie dès son adolescence et lut les oeuvres de William Shakespeare*, Christopher Marlowe et John Donne*, ainsi que les poètes français Charles Vildrac, Jules Laforgue et Arthur Rimbaud* . Entre 1917 et 1924, il passe son temps entre Cleveland, où il travaille dans la confiserie de son père Clarence, inventeur des célèbres Live Savers et New York où, tout en exerçant le métier de rédacteur publicitaire, il rencontre des figures importantes de la littérature: Allen Tate, Katherine Anne Porter, E. E. Cummings, et Jean Toome.

    Crane développera son propre style à partir de multiples influences contradictoires. Admirateur de T. S. Eliot*, il s'inspire de la littérature européenne et de la poésie traditionnelle avec une sensibilité tout américaine inspirée par Walt Whitman. Son oeuvre majeure The Bridge (1930) est une longue lettre dédiée au pont de Brooklyn à New York, performance technique et symbole de la modernité. Crane n'a pas pu donner forme à son écriture d'un récit épique où il projetait de faire une synthèse de la mystique américaine. Les lettres de Crane contiennent des observations critiques sur le possible avenir de la poésie. Dans At Melville’s Tomb (Sur la tombe de Melville) il échange avec Harriet Monroe sur ce qu'il appelle logic of metaphor (la logique de la métaphore) déployée dans ses propres oeuvres. Il est récipiendaire de la la bourse Guggenheim en 1931.

    Dès 1924, il s'engage dans une relation homosexuelle* très intense, avec Emil Opffer, commissaire du bord. Sous le titre Voyages, il consacre six poèmes au souvenir de cette union temporaire, mais riche d'émotion. Après Opffer, il ne trouvera pas de partenaire stable. En 1931, par contre, durant son séjour en Mexique, il entre dans une relation hétérosexuelle avec Peggy Baird, ex-compagne de son ami Malcolm Cowley.

    Les dernières années de sa vie, il souffrait de dépression* et de mélancolie*. Son père meurt en 1931 et la crise financière eut des répercussions sur sa propre crise existentielle.

    Elliott Carter a composé The Symphony for Three Orchestras d'après The Bridge.

    Oeuvres

    O My Land, My Friends: The Selected Letters of Hart Crane 1997
    Key west et autres poèmes, éditions de La Différence, 1997.

    IMAGE
    americanpoems. com

    © Éric Volant

    Tous droits réservés

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-06-29

    Notes