• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Chandragupta Maurya

    Premier dirigeant de à l'empire maurya. L’incursion d’Alexandre le Grand fit prendre conscience à l’Inde de la nécessité du développement d’un État centralisé. On ne connaît pas grand-chose des origines de Chandragupta Maurya qui pourrait être de caste inférieure. Certaines sources prétendent qu’il aurait été élevé par des dresseurs de paons, d’autres en font l’enfant d’un prince Nandâ et d’une devadasi appelée Mura, ou encore un Kshatriya de la tribu des Maurya. Il renverse le roi Nandâ du Magadha, dernier représentant de la dynastie des Shaishunâga, et s’installe dans sa capitale Pataliputra. Il reporte alors son attention sur le nord-ouest du sous-continent indien où il repousse les troupes grecques restées au Panjâb après le retrait d’Alexandre. Il continue ensuite sa conquête en s’emparant des territoires de la rive Est de l’Indus avant de se tourner vers le Sud et de soumettre une grande partie de l’Inde centrale. En -305, Chandragupta retourne dans le Nord ouest de son territoire où Séleucos Nikator, le satrape macédonien de Babylone, menace sa frontière depuis -308. Chandragupta arrête la progression des Macédoniens et repousse même sa frontière occidentale plus à l’ouest dans ce qui est aujourd’hui l’Afghanistan. Les deux souverains arrivent à un arrangement vers l’an -303 dans lequel Séleucos échange des territoires contre cinq cents éléphants de guerre de Chandragupta. Une alliance est scellée par un mariage entre l’empereur Maurya et une fille du satrape. Séleucos envoie aussi son ambassadeur Mégasthénes qui réside, pendant un certain temps, à la cour des maurya à Pataliputra et fournit, au travers de son Indika, arrivé incomplet jusqu’à nous, un tableau de la vie de l’époque. À la suite de cette alliance, la renommée de Chandragupta se répand en occident où son empire est reconnu comme une puissance importante. À la fin de sa vie, en -298, Chandragupta renonce au trône, se rend dans le Karnataka, se fait moine jaina à Shravana-Belgola et met fin à ses jours en accomplissant le suicide rituel par inanition. Bindusâra, son fils lui succède, héritant d’un empire qui comprend l’Hindou Koush, le Mâlvâ, le Mysore, le Bihar, le Bengale, l’Orissa, l’Assam, le Balouchistan et l’Afghanistan («Bindus»,

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-17
    Loading