• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Callas Maria

     Rideau vert MontréalMaria Meneghini Callas, de son vrai nom Sophie Cecelia Kalogheropoulos (Kalos), est née le 2 décembre 1923 à New York. En 1937, elle quitte les États-Unis pour la Grèce où elle étudie au conservatoire d’Athènes. Elle fait ses débuts professionnels de soprano à l’opéra d’Athènes en 1942 dans Tosca. Elle épouse en 1949 Battista Meneghini, qui guide sa carrière jusqu’à leur séparation en 1959. Elle commence alors ses relations avec Aristote Onassis dont elle fréquente souvent le fameux yacht Cristina. Après des performances triomphales dans les plus grands rôles de l’opéra italien, elle termine son itinéraire fulgurant de chanteuse d’opéra en 1965 à Covent Garden avec Zeffirelli, encore dans Tosca. Elle s’installe à Paris dès 1965 et retourne souvent seule sur le Cristina. En 1968, Onassis épouse Jacqueline Kennedy, ce qui est pour la «Divina» une source de déception douloureuse qui l’accompagne jusqu’à la fin de sa vie. En 1971-1972, elle enseigne son art aux élèves de l’école de musique Juillard à New York. Elle fait une tournée de récitals avec Giuseppe Di Stefano. Elle meurt seule à sa maison de Paris, officiellement d’un accident cardiaque. Selon la légende, pour le moins controversée, sa mort aurait été volontaire. Elle aurait fait, cependant, quelques tentatives*de suicide.

    «Elle meurt le 16 septembre 1977 dans la solitude. La cause de sa mort reste aujourd'hui un mystère : si la raison officielle est «crise cardiaque», il est vraisemblable qu'elle s'est suicidée par une absorption massive de tranquillisants. La hâte avec laquelle elle fut incinérée, le vol de l'urne funéraire (retrouvée quelques jours plus tard) puis la dispersion de ses cendres en mer Égée rendront impossible toute autopsie.»

    http://www.jesuismort.com/biographie_celebrite_chercher/biographie-maria_callas-1438.php

    Lauréate d'un Tony Haward, Les leçons de Maria Callas est une pièce de théâtre de deux actes de Terrence McNally. Elle a tenu l'affiche pour plus de 500 représentations à Broadway et a mis en valeur de grandes stars dont Zoe Caldwell et Faye Dunaway. Traduite en français par Michel Tremblay et mise en scène par Denis Filiatrault au théâtre du Rideau vert à Montréal, Québec, Canada, elle offre à Louise Marleau la chance de jouer le rôle de la «divina» avec fougue et passion.

    «La diva à la voix brisée se fait enseignante et tente de transmettre aux élèves son engagement intime et total à l'art lyrique. Entre ses commentaires acerbes à des élèves angoissées, Maria se détache de son image publique: elle nous raconte son enfance, la rivalité avec les autres cantatrices, la presse impitoyables envers ses premiers opéras. son triomphe à la Scala, son amour tragique pour le richissime armateur grec Aristote Onassis et sa carrière dévastée comme sa voix. Hautaine et fragile, elle n'en est que plus magnifique.» (affiche)


    IMAGE
    Personnage de Marie Callas,
    joué par Louise Marleau
    dans Les leçons de Maria Callas
    de Terrence McNally
    Traduction de Michel Tremblay
    Mise en scène Denise Filiatrault
    Théâtre du Rideau vert, Montréal,
    le 22 mai 2010.


    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-05