• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Calderón Pedro

    Pedro Calderón de la Barca de Henao y Riaño, né à Madrid le 17 janvier 1600 et décédé à Madrid le 25 mai 1681, est un auteur et poète dramatique espagnol. Très tôt en deuil de son père espagnol et de sa mère flamande, il a, durant ses jeunes années, des démêlés avec la justice et avec l'Église. Il est pourtant bien accueilli à la cour à cause de ses talents littéraires. Après une brève expédition militaire contre les Catalans en 1640 et 1641, il retourne à la cour sous Philippe IV et sous Charles II. À 50 ans, entré dans les ordres, il reconnaît avoir eu un fils dont le nom de la mère est demeuré inconnu. Il exercera d'abord des fonctions de chapelain à la cathédrale de Tolède et sera nommé chapelain honoraire de Philippe IV en 1663. Il se retire pour se consacrer entièrement à l'écriture.

    Il écrit de nombreuses pièces de théâtre marquées par leur diversité. La vie est un songe, drame métaphysique publié vers 1633, est considéré comme son chef d’œuvre et comme un des grands classiques de la littérature universelle. Cette oeuvre est une interrogation philosophique à la fois sur le caractère éphémère de la destinée humaine et sur le caractère illusoire de la liberté*.

    La Vie en songe (extrait)

    Au royaume de Pologne, le Roi Basyle, astrologue, a vu le présage selon lequel son fils, le prince Sigismond, le renverserait et le tuerait. Il fit donc enfermer son héritier dans une tour à l'écart du monde. A la fin de la deuxième journée, Sigismond se réveille et considère que son séjour au palais a été un rêve. À la troisième journée, des soldats mutinés viennent libérer Sigismond afin de le mettre à leur tête pour la conquête du trône. Sigismond, cependant, désenchanté, se croit la proie d'une nouvelle illusion et renonce aux fausses couronnes qui au plus léger souffle s'évanouiront.

    SIGISMOND.
    De nouveau - oh ! cieux, que signifie cela ? -
    vous voulez que je rêve
    d'une grandeur que le temps détruira ?
    De nouveau vous voulez que je voie,
    parmi les ombres et l'illusion,
    les splendeurs majestueuses
    que fait se dissiper le vent ?
    De nouveau vous voulez que je touche du doigt
    le désabusement, ou le péril,
    auxquels par naissance toute puissance humaine
    humblement est soumise,
    auxquels il faut toujours être attentifs ?
    Eh bien ! je ne veux pas, je ne veux pas ;
    regardez : me voici de nouveau
    la proie de mon destin ; mais puisque je sais
    que toute cette vie est un songe,
    allez-vous-en, ombres qui simulez
    aujourd'hui à mes sens moribonds
    un corps et une voix, tant il est vrai
    que vous n'avez ni voix ni corps ;
    je ne veux pas de fausses majestés,
    je ne veux pas de splendeurs chimériques,
    illusions fantastiques
    qui au plus léger souffle s'évanouiront,
    pareilles à l'amandier fleuri,
    dont les fleurs fraîches écloses,
    innocentes et imprudentes,
    s'éteignent sous le premier souffle,
    laissant se flétrir et laissant se ternir
    de leurs roses boutons
    la beauté, l'éclat, l'ornement.
    Je vous connais, ah oui ! je vous connais,
    et je sais que vous en usez de même
    avec quiconque s'endort ;
    mais il n'est plus pour moi désormais d'illusions ;
    car, désenchanté à présent,
    je sais bien, je sais que la vie est un songe.

    (vers 2424 à 2460 ; Traduction de Bernard Sesé, Garnier-Flammarion, 1996)
    http://jeanmichel.messiaen.free.fr/Pages/Calderon.html

    Image: http://users.ipfw.edu/jehle/poesia/CALDERON.JPG

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-15
    Loading