• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Calas (affaire)

    En 1762, l’affaire Calas mobilisa toute l’énergie de Voltaire*. Marc-Antoine, homme de lettres et fils de Jean Calas, négociant protestant à Toulouse, passa pour un esprit inquiet et violent. N’étant pas qualifié pour les affaires et ne pouvant pas obtenir de certificat de catholicité, il résolut de mettre un terme à sa vie et confia ce dessein à des amis. À l’issue d’un souper familial, son père et un ami le trouvèrent pendu à la porte du magasin paternel, son habit bien plié sur le comptoir, ses cheveux bien peignés et sur son corps aucune plaie ni meurtrissure. «Pendant que le père et la mère étaient dans les sanglots et dans les larmes, le peuple de Toulouse s’attroupa autour de la maison. Ce peuple est superstitieux et emporté; il regarde comme des monstres ses frères qui ne sont pas de la même religion que lui. […] Quelque fanatique de la populace s’écria que Jean Calas avait pendu son propre fils Marc-Antoine. Ce cri, répété, fut unanime en un moment; d’autres ajoutèrent que le mort devait le lendemain faire abjuration; que sa famille et le jeune Lavaysse (ami) l’avaient étranglé par haine contre la religion catholique. […] La famille Calas, la servante catholique, Lavaysse furent mis aux fers. […] Les juges qui étaient décidés pour le supplice de Jean Calas […] furent confondus quand ce vieillard, en mourant sur la roue, prit Dieu à témoin de son innocence, et le conjura de pardonner à ses juges. […] On enleva les filles à la mère; elles furent enfermées dans un couvent. Cette femme […] s’imaginait que la capitale du royaume devait être encore plus barbare que celle du Languedoc. Enfin le devoir de venger la mémoire de son mari l’emporta sur sa faiblesse. Elle arriva à Paris prête d’expirer. Elle fut étonnée d’y trouver de l’accueil, des secours et des larmes. […] On rendit les filles à la mère. […] Tel était l’état de cette étonnante aventure, lorsqu’elle a fait naître à des personnes impartiales, mais sensibles, le dessein de présenter au public quelques réflexions sur la tolérance […]. Il est donc de l’intérêt du genre humain d’examiner si la religion* doit être charitable ou barbare» (Voltaire, Traité sur la tolérance à l’occasion de la mort de Jean Calas, 1763, Paris, Gallimard, «Folio», 2003, p. 11-23).

    Au sujet de la déclaration de la Chambre des requêtes du 9 mars 1765, troisième anniversaire de la condamnation de Jean Calas, nous lisons que «les Maîtres des Requêtes de l'Hôtel du roi, juges souverains en cette partie, tous les quartiers assemblés [...] ont déchargé et déchargent Anne-Rose Gabibel, Jean-Pierre Calas, François Gaubert Lavaysse et Jeanne Viguière de l'accusation intentée contre eux; ordonnent que leurs écrous seront rayés et biffés de tous les registres où ils se trouveront inscrits, etc.; déchargent pareillement la mémoire de Jean Calas de l'accusation lui intentée, ordonnent que son écrou sera rayé et biffé, etc.; à quoi faire tous les greffiers, concierges et geôliers seront contraints, même par corps; comme aussi à inscrire le présent jugement en marge des dits écrous.» (Bibliothèque municipale de Toulouse, Br Fa B 56, cité par
    José Cubero, Une victoire sur l'intolérance. L'affaire Calas, Pau, Cairn, 2006, p. 249). «Même si Montesquieu* avait, en son temps, adressé de véhémentes critiques à l'égard du système judiciaire, Voltaire, dans la campagne menée en faveur des Calas, lui avait porté les coups les plus rudes. [...] Calas et Voltaire, l'un pas sa mort, l'autre par sa vie, nous signifient toujours qu'il est des intolérances et des exclusions* à combattre.» ( J. Cubero, op. cit., p. 287 et 301)

    En 1898, Raoul Allier a publié un ouvrage sur l'Affaire Calas Voltaire et Calas: une erreur judiciaire au XIII° siècle, Paris, Stock. Également en lien avec l'erreur judiciaire, Eliane de Valicourt reconnaît volontiers que Voltaire remua les consciences allant jusqu'à provoquer les retournements de l'opinion publique. «Grand pourfendeur des iniquités sociales et de l'intolérance, violent critique de la justice de l'Ancien Régime. dénonciateur du fanatisme religieux. Voltaire au cours du procès sut mettre en exergue d'une manière subtile la partialité des juges et démontrer leur excessive mauvaise foi, sapant ainsi avec succès l'appareil judiciaire de la royauté. Au centenaire de Voltaire, Victor Hugo n'osa-t-il pas affirmer haut et fort que les juges avaient assassiné Calas et fait décapiter le chevalier de la Barre?» (Eliane de Valicourt, L'erreur judiciaire, Paris, Éditions L'Harmattan, «Logiques Juridiques», 2006 , p. 6-7).

     

    IMAGE


    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-16
    Loading