• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Brutus Junius

    www.livius.org/a/1/ romanempire/brutus_palmas.jpgSelon Pausanias, Brutus signifie «idiot», nom donné au premier des ancêtres de Junius Brutus. Lui-même, de la dix-septième génération des Brutus, est le fils d'un père du même nom et de Sempronia. Adopté par A. Postumius Albinus, consul, il portera le nom de Brutus Albinus. Ayant vu le jeune homme à l'oeuvre en Gaule, César le tient en haute estime et lui confie le commandement de la flotte contre Venise en 56 avant J.-C). Après avoir servi César contre Vercingetorix en 52, Brutus retourne à Rome pour épouser Paulla Valeria en 50. Durant la guerre civile en 49, César lui accorde le commandement de la flotte qui remporte la victoire à Massilia. Durant son retour d'Espagne en Italie, César le comble de faveurs et lui promet le poste de prétor pour 44 et de consul pour 42. Cependant, avec Cassius*, il participe à la conspiration qui fait périr César en l'an 44. Après la mort de César, il apprend qu'il est un des héritiers de second degré. (Pausanias, Dictionary of Greek and Roman Biography and Mythology http://www.ancientlibrary.com/smith-bio/0519.html)

    Poursuivi par Marc Antoine* et Octavien, il meurt par le glaive après la défaite de Philippes. Selon Plutarque*, Brutus à sa propre demande, reçoit la mort des mains de son fidèle compagnon Straton. Selon Dion Cassius (47, 49), «(r)enonçant à sauver sa vie et croyant indigne de lui d’être pris, il se réfugia, lui aussi, dans la mort. Après s’être écrié, comme Hercule : "malheureuse vertu ! tu n’étais qu’un mot ; je te cultivais comme une réalité, et tu étais l’esclave de la fortune "; [...] Il pria un de ceux qui se trouvaient avec lui de le tuer.» Marc Antoine* affectera une somme considérable à la célébration des funérailles* de Brutus. Montaigne* reproche à Brutus et à Cassius de mourir trop tôt et de compromettre ainsi définitivement leur liberté*: «[D]e perdre les reliques de la romaine liberté, de laquelle ils étaient protecteurs, par la précipitation et témérité de quoi ils se tuèrent avant le temps et l’occasion.» Leur mort fut donc inopportune. C’est la privation de la liberté qui est un des arguments majeurs de Kant* contre le suicide (Les fondements de la métaphysique des mœurs, livre ii, chap. 3). La compagne de Brutus, appelée Porcia, fille de Caton* d’Utique, n’ayant pas pu survivre à la mort de son mari, se serait enlevé la vie par ingestion d’un charbon ardent ou par l’inhalation de vapeurs toxiques.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading

    Documents associés