• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Brault Gérald

    Anubis de l'autoroute romaineProfesseur de sciences (1967-1993), érudit et chercheur, écrivain et poète, peintre et sculpteur, artiste engagé, membre fondateur du Conseil de la peinture du Québec (1966), de la Société des arts visuels de Laval (1987), de la Commission consultative des arts de Laval et défenseur des droits des artistes, Gérald Brault a publié de nombreux textes sur les arts visuels. À la fin des années 1950, Gérald Brault s'intéresse au modelage et à la sculpture. C'est depuis le début des années 1970 qu'il se passionne pour la peinture. Plusieurs expositions individuelles et collectives jalonnent sa carrière artistique dont les plus importantes sont Québec 84 (1984) et Métapeinture II présentée à la Salle Alfred-Pellan de la Maison des arts de Laval en 1991. En 2003, cinq ans après sa mort, le Centre de créativité le Gesù à Montréal, lui dédit une rétrospective majeure: Dessin, dessein, destin. (Document accompagnant la rétrospective à la Salle Alfred-Pellan, Maison des arts de Laval, 2005).

    Dans son livre Chercheurs de têtes 1, (Les Productions de l'Aurore, octobre 1996, p. 33), Gérald Brault consacre un poème à Paul-Émile Borduas, peintre (1905-1960). Afin de saisir davantage le regard de Gérald Brault sur Borduas, voici un portrait de celui-ci dans les années de tourments qui précèdent sa mort:

    «Au début des années 1950, le monde de Paul-Émile Borduas s’effrite sous les coups du sort. Quelques-uns de ses disciples, Jean-Paul Riopelle en tête, remettent en question son autorité morale; bientôt sa famille le quitte. À New York, où son art est apprécié, sa production est intense, mais il crée sans joie. En 1954, le succès de l’exposition En route, qui lance la peinture abstraite à Montréal, est vite assombri par la défection de Fernand Leduc et la mort d’Ozias Leduc; après la perte de son père spirituel, c’est sa mère qui décède, en avril 1956. Puis, son indéfectible ami Claude Gauvreau tombe malade et doit être interné. Pour ajouter à sa tristesse, Paris, où il réside à ce moment, demeure indifférente à son talent. À cette époque, en comparaison des explosions de couleurs d’un Riopelle qui fait la grande vie, les toiles de Borduas semblent presque mortuaires et à la limite du vide absolu; mais comme tout grand artiste, il sait traduire les infidélités de la vie dans des formes picturales nouvelles, comme le montre L’Étoile Noire, qu’on dit être son chef-d’œuvre. La vie de Borduas se termine lorsque son œuvre arrive à un point limite; qu’aurait-il pu faire de plus, ou plutôt, devrait-on dire dans son cas, de moins?» (Les arts visuels de Montérégie, « Une vie d'artiste», www.chsth.com/culture/artsvisuel/Borduas)

    Consulter : http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Borduas

    Poème de Gérald Brault:

    PAUL-ÉMILE BORDUAS

    Ta mort approche avec L'ÉTOILE NOIRE
    Cette percée décidée de l'enfer de la neige
    T'amène au bord du gouffre Québec
    Tu ne sais plus séparer la lumière
    Le noir te guette comme corbeau
    Affamé d'âme désolée d'être au cachot

    La tourmente du pénible périple
    S'achève dans un hoquet d'huile
    Après avoir gâché tant de tableaux
    Tu crains de nous quitter bêtement
    Tu replies le noir sur le blanc manteau
    Le bitume de la rue transpercera ta peau
    Tu as mal à l'âme sans cerveau
    L'existence te donne une chair d'eau

    Tu as vu les noirs de Soulages
    Cela t'a chagriné dans ta marche
    Pointée sur l'avant du navire fou
    Où replié sur ton moi tu cherches quoi
    Grands dieux une chose à soi
    Comme ton pays gelé tu demeures pensif
    Face à ton frèle esquif de voyage
    Car tu ne trouves plus le rivage ami

    Seul sur le noir durci tu récites
    Les vers de Rimbaud en enfer
    Les océans séparent les captifs
    Qui meurent sur les récifs
    Nul ne s'occupe de s'enquérir
    Si le voyageur a pu souffrir
    Gérald Brault

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-16

    Notes

    Gérald Brault, Chercheur de têtes 1, Montréal, Les Productions de l'Aurore, 1996, p.33.

    Reproduit avec l'autorisation de Madame Huguette Brault, dépositaire des oeuvres de feu Gérald Brault.

    IMAGE
    Gérald Brault, «Anubis de l'autoroute urbaine». 1990, Acrylique sur bois.

    Documents associés

    • Francis Bacon, peintre
    • FRANCIS BACON Brisé à jamais le portrait torturé crie à tue-tête Cri étouffé dans la tête aux...