• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Bagritski Vsévolod

    Né à Odessa en 1922, Vsévolod déménage avec ses parents dans les environs de Moscou en 1925. Après son entrée à l'École d'art dramatique, dirigée par Ploutchek et Arbouzov, il commence ses études à la Faculté des Lettres en été 1941. Admis à l'Union des Écrivains, il publie ses poèmes à la Litératournaïa Gazeta. Réformé pour myopie et évacué à Tchistopol, il est envoyé comme volontaire par Le Courage, journal de l'armée, au front de Volkhov où, en 1942, il trouve la mort à l'âge de vingt ans.

    Son poème « Ça me dégoûte de vivre sans jamais quitter mes habits » reflète les sentiments, qui l'habitaient durant son expérience dramatique au front, et annonce sa mort prochaine.

    Ça me dégoûte de vivre sans jamais quitter mes habits,
    De dormir sur la paille pourrie,
    Et, faisant l'aumône à des mendiants transis,
    D'oublier la faim tracassante.

    S'abriter du vent, les membres engourdis,
    Se rappeler les noms de ceux qui ne sont plus,
    Ne pas avoir réponse de chez soi,
    Troquer ses frusques contre du pain noir.

    Deux fois le jour se tenir pour un mort,
    Confondre les chemins, les dates et les plans,
    Jubiler d'avoir vécu moins de
    Vingt ans.
    1941
    Traduit par Elsa Triolet

    Je werd geboren en waarschijnlijk
    spatte er ergens een heldere ster uiteen
    Je wist niet of je wel of niet
    een gelukkig leven zou gaan leiden...
                      Vsevolod Bagritski (1922-1942)
     http://www.centrumvoorklassiekeastrologie.be/node/14

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading

    Notes

    Source: La poésie russe, Édition en russe et en français, Anthologie réunie et publiée sous la direction de Elsa Triolet, Paris, Éditions Seghers, 1965, p. 559.