• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Baechler Jean

    Baechler Jean asmp.frJean Baechler, né le 28 mars 1937 à Thionville, Moselle. Agrégé d’histoire-géographie et docteur ès lettres, il a consacré sa vie à l’enseignement et à la recherche : professeur d’histoire-géographie au lycée du Mans (1962-1966), puis chargé de cours de sociologie à la Sorbonne (1966-1969), chargé de conférences de sociologie à l’EHESS (1968-1986), chargé de séminaire du DEA de sociologie de Paris IV, Paris V et Paris X (depuis 1975), enfin professeur de sociologie historique à Paris IV-Sorbonne de 1988 à 2006. Parallèlement il a été attaché (1966), puis chargé (1969), puis directeur de recherche (1977-1988) au CNRS, section de sociologie.Il a également été membre du Centre européen de sociologie historique dirigé par Raymond Aron (1969-1984) et appartient, depuis 1984, au Groupe d’études des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS).

    Auteur d’une œuvre imposante intitulée Les suicides. Il obtient son doctorat ès lettres avec sa thèse sur les suicides sous la direction de Raymond Aron, qui écrit aussi la préface de l’ouvrage. D’après Philippe Ariès, ce livre est «rarement cité et plus rarement discuté. La vie continue dans l’intelligentsia comme s’il [le livre en question] n’existait pas. Il y a là un cas assez surprenant d’escamotage d’une œuvre. En France, on étouffe l’importun sous le silence. La tactique est, je crois, efficace» (Essais de mémoire, Paris, Seuil, 1993, p. 205-206). Et pourtant, l’œuvre est éminemment riche, car on y trouve un examen de diverses théories sociologiques, psychanalytiques et psychiatriques; une définition du suicide avec ses implications théoriques et ses conséquences pratiques; une typologie des suicides* selon la fin poursuivie ou la solution d’un problème (pourquoi? en vue de…); une étiologie des suicides selon les motifs ou les facteurs qui peuvent avoir quelque influence sur la formulation d’un projet suicidaire (pourquoi? parce que…); une étude des suicides institutionnalisés en relation avec les représentations collectives; une annexe de plus de trente pages sur le suicide collectif* de Jonestown. Baechler entend saisir aussi bien le sens du suicide dans sa singularité individuelle que les sens multiples d’un phénomène universel. Pour lui, le suicide est «un phénomène universellement et spécifiquement humain» (p. 113), «il affirme la liberté, la dignité et le droit au bonheur» (p. 117). «Les conduites suicidaires se rencontrent, écrit-il au terme de cette étude magistrale, parce que les hommes cherchent à échapper à l’insécurité en pratiquant des stratégies de la puissance et de la dépendance; qu’il peut se faire que ces stratégies exigent qu’on mette sa vie en jeu; qu’elles peuvent échouer; que l’on peut être acculé au point de ne plus pouvoir agir et de saisir la possibilité de quitter le combat. C’est pourquoi elles sont à la fois hétérogènes, universelles et rares» (p. 604).

    IMAGE

    asmp.fr

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-03