• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Babic Milan

    Babic MilanAncien chef des Serbes de Croatie, condamné par le Tribunal pénal international (TPI) à treize ans de prison pour des exactions commises pendant la guerre de 1991-1995 en Croatie, s’est pendu dans sa cellule au centre de détention des Nations unies de Scheveningen à La Haye, le dimanche 5 mars 2006. Artisan de la ligne dure du nationalisme serbe en Croatie, il était inculpé de crimes contre l’humanité par le TPI en 2003, avant de se livrer et de plaider coupable devant le tribunal. Milan Babic devait achever le lundi 6 mars 2006 son témoignage contre un autre leader des Serbes de Croatie, Milan Martic. Durant deux semaines, il a témoigné de manière très détaillée, affirmant dès le début qu’il acceptait totalement sa responsabilité. Dentiste de formation, Milan Babic était devenu maire de Knin, bastion des sécessionnistes serbes durant la guerre serbo-croate qui a fait vingt-cinq mille morts, et puis président de la République autoproclamée des Serbes de Krajina (RSK), avec le soutien du régime de Belgrade. D'abord soutenu par Slobodan Milosevic, Milan Babic, qui rêvait de constituer avec les Serbes de Bosnie un État des Serbes de l’Ouest, était entré en conflit avec l’ancien président yougoslave dès 1992. Il avait alors été évincé au profit de Goran Hadzic, chef des Serbes de Slavonie orientale, également inculpé par le TPI en 2004, mais en fuite depuis. En novembre 2002, après avoir appris qu’il était cité dans l’acte d’accusation de Slobodan Milosevic comme membre d’une entreprise criminelle commune, Babic avait pris contact avec le TPI et accepté de témoigner contre son ancien allié. Son témoignage, en 2002, avait été accablant. Il avait fait appel, mais ses arguments avaient été rejetés et la peine confirmée en juillet 2005.

     

    IMAGE

    smh,com.au

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading