• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Aristote

    AristoteAristote (384-322 av. J.-C.), philosophe grec, fondateur du Lycée. Sa mort demeure un mystère. Selon certaines sources, il mourut tout simplement de maladie; selon d’autres, il fut exposé aux lions lors de la découverte de la conjuration d’Hermolaos contre Alexandre; d’autres enfin prétendent qu’il but la ciguë à l’âge de soixante-dix ans ou qu’il se précipita dans l’Euripe. Dans l’Éthique de Nicomaque, Aristote traite du suicide dans le cadre des vertus, plus particulièrement dans le contexte du courage (livre iii), de l’amitié et de l’amour de soi (livre x) ainsi que de la justice (livre v). Pour lui, le courage est le juste milieu entre l’audace et la lâcheté, entre la confiance excessive en soi et le manque de confiance. Se donner la mort pour «échapper à la pauvreté, ou par suite de chagrins d’amour ou de tout autre affliction» n’est pas un acte de courage, mais de lâcheté. «Quelle mollesse, dit-il, de ne pas supporter les dures épreuves!» (iii, viii, 13). Le philosophe n’apprécie guère le suicide escapiste (fuite*), où l’on ne se résigne pas à la mort parce qu’il est beau de le faire, mais parce qu’on cherche à fuir un mal. Il apprécie encore moins ceux qui, «après avoir commis bien des crimes», finissent «par se prendre en horreur pour leur perversité, fuient la vie et se suppriment par leur propre main» (ix, iv, 8). Les êtres pervers en général, «comme rien en eux n’est susceptible d’être aimé, n’éprouvent pour leur propre personne aucun amour […], ne peuvent éprouver ni joie ni douleur en union intime avec eux-mêmes: leur âme en effet est un lieu de dissensions […]; ils sont entraînés tantôt ici, tantôt là, et pour ainsi dire tiraillés en tous sens». Aristote se demande s’il peut arriver ou non que l’on commette l’injustice à l’égard de soi-même. «Cette prétendue injustice à l’égard de soi-même se dissipe» par le fait que «nul ne subit l’injustice volontairement». En effet, «en commettant l’injustice sur soi-même, on serait dans la même mesure victime et agent» (v, xi, 6). En revanche, celui qui, par exemple, «dans un transport de colère, s’égorge de sa propre main, agit volontairement et contre la droite raison, ce que n’autorise pas la loi. Il commet donc une injustice. Mais à l’égard de qui?» Il agit injustement à l’égard de la cité. «Aussi la cité elle-même le punit-elle et un certain déshonneur s’attache à quiconque se donne la mort» (v, xi, 3-4). L’argumentation aristotélicienne contre le suicide est donc davantage d’ordre social, car, en l’accomplissant, le citoyen se rend coupable d’un délit qui est sanctionné par la cité. C’est un des arguments qui seront repris par Thomas d’Aquin *et qui deviendront les arguments par excellence de la tradition chrétienne.

     

    IMAGE

    remacle,org

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading