• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Anderwert Josef Fridolin

    Aderrwert FridolinJoseph Fridolin Anderwert (1828-1880) est fils d'une famille suisse de politiciens depuis longtemps installé à Emmishoven. Après avoir effectué ses classes en Suisse à Tägerwillen, Frauenfeld et Constance, il étudie l'histoire et la philosophie, pour se consacrer ensuite à l'étude du droit en Allemagne à Heidelberg et Berlin. En 1851, il s'installe comme avocat à Frauenfeld, sa ville natale. À la tête du mouvement démocratique thurgovien en 1868-1869, Anderwert préside le Conseil constitutionnel et oeuvre pour l'introduction du référendum obligatoire, l'interdiction du cumul des charges, le mariage civil facultatif et la suppression des écoles confessionnelles. Il devient président du Grand Conseil, puis conseiller d'État (1869-1874). À la tête de l'Instruction publique, il augmente les salaires des enseignants et créé des écoles supérieures. Catholique, mais anticlérical, il prône l'interdiction des jésuites et préconise la suprématie de l'État sur l'Église. Lors du congrès catholique du 18 septembre 1871 à Soleure, Anderwert prononce un discours sur l'«organisation de la résistance contre le dogme de l'infaillibilité» du premier Concile du Vatican; à son instigation, l'assemblée se constitue en Association suisse des catholiques libéraux, la future Église catholique chrétienne qui se séparera de Rome.

    Le 7 décembre 1880, il est élu président de la Confédération et s'engage à fond dans l'élaboration du Code des obligations avec toute sa compétence de juriste et tout son pouvoir de politicien. Ce Code lui valut une place durable dans l'histoire de la Suisse. Peu après son élection à la présidence de la Confédération, le Nebelspalter, le Volksblatt von Andelfingen et le Zürcher Post menèrent une campagne de dénigrement à son égard. Lors de la session de décembre 1880, il parut fatigué et apathique, il s'exprima péniblement. Il vivait seul sans soutien familial. Le 25 décembre, il se suicida à l'aide d'une arme à feu* laissant une lettre d'adieu* à sa mère.

    Source: Roger Blum, «Joseph Fridolin Anderwert (1828-1880)» dans Urs Altermatt, Conseil fédéral. Dictionnaire biographique des cent premiers conseillers fédéraux, Editions Cabedita, 1993.

     

    IMAGE

    de.academic.ru

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-13
    Loading