• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Allemagne, année zéro

    Réalisateur: Roberto Rossellini
    Avec Edmund Moeschke, Franz-Otto Krüger, Ingetraut Hintz, Ernst Pittschau.
    Genre: Drame
    Nationalité: Français - Italien
    Date de sortie: 1947
    Rubrique: Film culte
    Durée: 1h13mn
    Titre original: Germania, anno zero

    Une impressionnante plongée dans l’Allemagne d’après-guerre, orchestrée de main de maître par le néo-réaliste Roberto Rossellini.

    En 1947, dans Berlin en ruines, le jeune Edmund vit de rapines pour permettre à sa famille de survivre. Il doit aider son père, gravement malade, et son frère, ancien membre de la Wehrmacht.

    Après les magnifiques Rome, ville ouverte (1945) et Païsa (1946), Roberto Rossellini clôt sa trilogie sur la Seconde Guerre mondiale en plantant ses caméras dans un décor incroyable: les ruines de l’Allemagne nazie. Suivant les préceptes du néo-réalisme, le cinéaste se sert de la puissance d’évocation d’une ville détruite par les bombardements et essaye de montrer les moyens de survie d’un peuple victime d’une idéologie jusqu’au-boutiste. Avec un grand sens de la nuance, il dresse le portrait d’une société désorientée qui tente de survivre et de panser ses plaies, tant bien que mal. Le constat effectué est tout de même alarmant puisque le film est d’un pessimisme terrible : entre les nostalgiques du régime nazi qui luttent encore contre les forces d’occupation et ceux qui se résignent, la société allemande décrite par Rossellini semble sans avenir, comme l’indique la scène finale qui en glacera plus d’un.

    Le brio du metteur en scène vient de sa capacité à parler de sujets très délicats pour l’époque, avec un grand sens de la retenue. Ainsi, il évoque les problèmes de la prostitution féminine, mais aussi le parricide, le suicide des enfants, la pédophilie et bien d’autres encore. Certains pourront accuser Rossellini d’avoir recours à un scénario mélodramatique, mais son histoire est traitée avec un recul salutaire et le montage très serré (le film ne dure que soixante-treize minutes) permet une distanciation nécessaire face à la dureté des événements évoqués. Cette œuvre est portée par une interprétation inspirée du jeune Edmund Moeschke, soutenu par un casting allemand de premier choix: Franz-Otto Krüger débutait ici une longue carrière au service du cinéma germanique, tandis que le vétéran Ernst Pittschau terminait la sienne dans le rôle bouleversant du père malade. Ce troisième volet sur la guerre reste encore aujourd’hui dans toutes les mémoires comme un des grands films du néo-réalisme, tout en étant un témoignage historique de premier ordre.

    http://www.avoir-alire.com/article.php3?id_article=7899

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading