• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Alembert Jean le Rond d'

    AlembertPhysicien et philosophe français, corédacteur de l’Encyclopédie avec Diderot *, Jean le Rond d'Alembert, né le 16 novembre 1718 à Paris, est l'enfant illégitime du chevalier Destouches-Canon et de la marquise Madame de Tencin. Abandonné à sa naissance sur les marches de l'église parisienne de Saint Jean le Rond, qui lui a donné son prénom, il est recueilli par Madame Rousseau, femme d'un artisan-vitrier. Celle-ci l'élèvera comme son fils. En retour, d'Alembert vivra avec elle jusqu'à la mort de celle-ci. Secrètement, son père lui versera une pension afin de subvenir à l'éducation de son fils, mais disparaîtra lors que celui-ci n' aura que dix ans. Particulièrement doué pour les mathématiques, d'Alembert étudie avec succès le droit et la médecine. Arthur Schopenhauer* le place parmi les «moralistes» qui soulèvent «la question de savoir si toute probité et toute justice ne seraient au fond que pure convention», «une enseigne, un pavillon à l'abri duquel on peut effectuer ses prises avec d'autant plus de succès.» (A. Schopenhauer, Le fondement de la morale dans Les deux problèmes fondamentaux de l'éthique, Paris, Gallimard, «Folio Essais», 2009, p. 313-114)

    Comme plusieurs de ses contemporains philosophes, il semble adopter une attitude nuancée sinon ambiguë à l’égard du suicide. D’une part, au nom de la morale «purement humaine», il condamne le suicide comme un acte contre la société. D’autre part, il considère comme vain et injuste «d’infliger des peines à une action dont la nature nous éloigne assez d’elle-même» et dont le coupable n’est plus en état de subir les torts. Le suicide n’est pas punissable, parce que les législateurs «purement humains» le considèrent «tantôt comme une action de pure démence, une maladie qu’il serait injuste de punir, parce qu’elle suppose l’âme du coupable dans un état où il ne peut plus être utile à la société, tantôt comme une action de courage qui, humainement parlant, suppose une âme ferme et peu commune» («Éléments de philosophie», dans Œuvres, I, Paris, Belin, 1967, p. 227).

    Sans le pouvoir donné par la religion*, certains malheureux n’ont d’autre voie que la mort: «On demande si ce motif de conserver ses jours aura un pouvoir suffisant sur un malheureux accablé d’infortune à qui la douleur et la misère ont rendu la vie à charge? Nous répondons qu’alors ce motif doit être fortifié par d’autres plus puissants que la révélation y ajoute.»

    Pour une meilleure connaissance de la figure intellectuelle et morale de D'Alembert, «qui vécut une grande partie de sa vie dans une chambre de bonne, sans femme, sans famille, sans enfants» et que les Jésuites nommaient un «petit homme sans père ni patrimoine»: Michel Onfray, «Appel à de nouveaux Diogène» dans D'Alembert, Essai sur la société des gens de lettres et des grands. Sur la réputation, sur les mécènes et sur les récompenses littéraires, Loverval, Labor, 2006, p. 9-16.

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12
    Loading

    Documents associés

    • Julie de Lespinasse
    • Un laquais entra sur la pointe des pieds et remit une lettre. Mlle de Lespinasse reconnaît...