• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Agora (Hypatie)

    Péplum, film historique hispano-maltais (2009), réalisaté par Alejandro Amenábar.
    126 minutes.

    ▪ Scénario : Alejandro Amenábar, Mateo Gil
    ▪ Musique : Dario Marianelli
    ▪ Direction de la photographie : Xavi Giménez
    ▪ Montage : Nacho Ruiz Capillas
    ▪ Décors : Guy Hendrix Dyas
    ▪ Costumes : Gabriella Pescucci
    ▪ Pays d'origine : Espagne, Malte
    ▪ Tournage extérieur à Malte : Delimara, Fort Ricasoli de Kalkara, Marsaxlokk, Mdina et La Valette
    ▪ Producteurs : Alejandro Amenábar, Álvaro Augustín, Fernando Bovaira
    ▪ Sociétés de production : Mod Producciones (Espagne), Himenóptero (Espagne), Telecinco Cinema (Espagne), Canal+ España, Cinebiss (Malte)

    Distribution: Rachel Weisz : Hypatie; Max Minghella : Davus; Oscar Isaac : Oreste, Ashraf Barhom :Ammonius; Michael Lonsdale : Théon, père d’Hypatie; Rupert Evans : Synesius; Richard Durden : Olympius; Sami Samir : Cyrille, patriarche;
    Manuel Cauchi : Théophile, patriarche; Charles Thake : Hésychios le grammairien; Yousef « Joe » Sweid : Pierre, meneur chrétien fanatique.

    «Agora est un péplum intellectuel. Cette aspiration donne au film un rythme étrange, qui tente de concilier le débat et les combats, le dialogue et le spectacle. Le résultat est gauche souvent, mais presque toujours intéressant. [...]L'héroïne d'Agora, arrachée aux recoins de l'histoire ancienne, est une mathématicienne et philosophe du nom d'Hypatie, devenue au fil des âges une héroïne de la science et du féminisme. Elle a vécu et est morte à Alexandrie, à la fin du IVe siècle. Hypatie a déjà été figurée comme une incarnation de la rationalité et de la science face aux forces obscurantistes. Elle est ici incarnée par une actrice, la Britannique Rachel Weisz, qui a jusqu'ici tenu des rôles contemporains de femmes indépendantes, qui font passer l'être avant le paraître (dans La Constance du jardinier, de Fernando Meirelles, d'après John Le Carré, par exemple)»

    «"Agora" : un péplum intellectuel pour célébrer Hypatie, mathématicienne et païenne par Thomas Sotinel dans Le Monde
    | 05.01.10 |
    http://www.lemonde.fr/cinema/article/2010/01/05/agora-un-peplum-
    intellectuel-pour-celebrer-hypatie-mathematicienne-et-paienne_1287683_3476.html

    C'est l'histoire de cette femme extraordinaire que choisissent de nous raconter Mateo Gil et Alejandro Amenabar dans un long-métrage mis en images par ce dernier. Agora nous plonge au cœur d'une ville d'Alexandrie magnifiquement reconstituée, ancrée sur le cordon littoral qui sépare la Méditerranée du lac Maréotis, et fait de la seconde bibliothèque, située près du Temple de Sérapis, le centre absolu de la cité : un mouvement de caméra se lance depuis l'espace pour parvenir jusqu'au toit de la bibliothèque, cœur battant de la ville autant que de la jeune héroïne, comme si le cosmos dans son unité convergeait sans hésiter jusqu'à elle(s).

    [...]

    En cette époque troublée où nous croisons pour la première fois le regard de la philosophe et astronome émérite, la minorité chrétienne gagne en puissance aux dépens d'un paganisme dénoncé comme archaïque. Le temps n'est plus à l'adoration des idoles. Au cours de la première partie du film, la foule des chrétiens se fait de plus en plus nombreuse et incontrôlable ; alors qu'il recule avec les siens dans le Temple protecteur face aux ennemis qui déferlent, un Alexandrin remarque à part lui qu'il n'imaginait pas qu'il y eût autant de chrétiens dans la cité. C'est que la christianisation totale de la partie méridionale de l'Empire romain n'est plus qu'affaire de décennies après la conversion de Constantin en 312 ; le puissant monothéisme écrase de sa main imposante le désuet polythéisme hérité des Grecs et des Egyptiens. Une scène surprenante filme l'affrontement indirect de deux fidèles testant leur foi de leurs pieds nus sur des braises ardentes ; quand l'un se lance sans une once d'hésitation, prouvant au peuple la grandeur de son dieu protecteur, le païen, forcé de parcourir le même chemin, hésite et prend feu – métaphore du fossé qui éloigne cette croyance percluse de certitudes de cette autre, indécise et vouée à disparaître.

    Hypatie, elle, professe en assemblée étudiante sa foi dans les sciences. Tandis qu'à l'extérieur les dieux se querellent, elle opère, dans le Temple, un constant renouvellement de sa propre liturgie cosmique. Son prophète a pour nom Ptolémée, son texte sacré n'est autre que le modèle d'univers géocentrique énonçant les lois qui tiennent les ficelles de l'univers connu. Son cosmos personnel, partagé entre trois hommes, ressemble à ce modèle antique : Hypatie est un Soleil immobile autour duquel orbitent, tenus par leur sphère respective, ces astres que sont son père, Théon, son prétendant officiel, Oreste, et son aspirant secret, l'esclave Davus. Ainsi que les planètes ptoléméennes, les protagonistes restent éloignés les uns des autres, tenus à l'écart par une force qui n'a pas encore de nom ; tenus à l'écart, mais pourtant inexorablement liés. La puissance qui seule parviendra à les séparer s'appelle christianisme.

    A la fin de la première partie, qui correspond à peu près à la moitié du film, les païens, assiégés par les chrétiens, se sont enfermés dans le Temple de Sérapis. Après l'annonce par le préfet romain de l'arbitrage de l'empereur, les chrétiens pénètrent dans le Temple et mettent à bas les statues impies, avant de fondre dans la bibliothèque et d'en mettre à bas tous les volumes. Ils jettent les parchemins au feu, tous ceux qu'Hypatie et les siens n'ont pu sauver avant de quitter la place. Témoin impuissant de l'insupportable vandalisme, la caméra, au centre de la bibliothèque violée, se renverse pour nous faire voir les événements à l'envers, métaphore d'un monde qui semble littéralement marcher sur la tête. La première bibliothèque, la plus grande, fut rasée par les flammes ; la petite le fut par le fanatisme religieux, en guise de remise à plat des connaissances humaines à partir de la révélation du Christ. L'esclave Davus, affranchi par sa maîtresse, devenu soldat parmi l'armée chrétienne, entérine la disparition de toute instruction antérieure lorsqu'il brise la maquette d'univers ptoléméen construite par ses soins pour impressionner Hypatie. Car la conversion religieuse, semble nous dire Amenabar, est un acte de gommage du passé personnel autant que spirituel.

    Quelques années plus tard, c'est donc au cœur d'une atmosphère trouble qu'Hypatie poursuit ses interrogations scientifiques sur le véritable modèle cosmique, ayant depuis la nuit au Temple l'intuition que Ptolémée est passé à côté de données essentielles. Oreste, devenu préfet de la ville, doit composer avec les desideratas opposés des chrétiens, dont le point de vue est désormais dominant, et de la minorité juive, constamment harcelée. Il doit également protéger sa muse Hypatie, dont l'influence sur lui commence à être (mal) perçue par les autorités religieuses. La présence d'une femme dans les hautes sphères décisionnaires ne plaît guère. Alors que la philosophe parvient à comprendre, par pur empirisme, le mouvement elliptique et non circulaire des planètes, alors qu'elle place déjà la Terre en orbite autour du Soleil à l'encontre de toutes les connaissances contemporaines, Hypatie est brutalement mise à mort par les fanatiques. Effacée de l'équation. Sa découverte, tracée dans un bac de sable, est destinée à s'évanouir sans laisser de traces.

    [...]

    Voilà un film qui, avec l'immense talent de conteur de son réalisateur, souligne ce fait indiscutable que l'expansion du christianisme a pu être un frein pour les sciences astronomiques, du fait que la présence d'un dieu unique ne s'accorde nullement à la reconnaissance de modèles cosmiques inédits qui ne mettraient pas le monde des humains au cœur de l'univers.

    («Agora : le christianisme comme frein à la science ?» par Eric Nuevo dans LEMONDE.FR , 21.01.10)
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/01/21/agora-
    le-christianisme-comme-frein-a-la-science-par-eric-nuevo_1295077_3232.html

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-16
    Loading