• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    Abbaye de Saint-Denis: nécropole royale

     

    Basilique saint-Denis





















    L'Abbaye de Saint-Denis (actuellement la Basilique de) est un lieu de mémoire funéraire*, dès le haut Moyen Age. Le monastère a su lier son destin à celui de la royauté s’affirmant peu à peu comme le lieu de sépulture privilégié des dynasties royales à la faveur du culte de saint Denis. Quarante-deux rois, trente-deux reines, soixante-trois princes et princesses, dix grands du royaume y reposèrent. Avec plus de soixante-dix gisants et tombeaux monumentaux, la nécropole royale de la basilique s’impose aujourd’hui comme le plus important ensemble de sculpture funéraire du XII e au XVI e siècle.

    Saint-Denis aurait été martyrisé par les Romains dans un champ au nord de Paris, vers 250. Il fut enseveli, dans un cimetière gallo-romain sur le site de Cattulliacus, nom antique de Saint-Denis, à l'emplacement approximatif de l'actuel édifice. L’église s’élève sur l’emplacement d’un cimetière, lieu de sépulture de saint Denis martyrisé vers 250. Outre une crypte carolingienne, vestige de l’édifice consacré par Charlemagne en 775, et le transept d’une ampleur exceptionnelle, destiné à accueillir les tombeaux royaux.

    Consulter : «Découvrir la Basilique: L’abbaye de Saint-Denis . Un monument royal. Une architecture novatrice » On y trouve notamment le plan des tombeaux avec le noms des rois qui y reposent.

    http://www.tourisme93.com/document.php?pagendx=198&project=basilique

    Pépin le Bref, père ce Charlemagne, né à Jupille (Belgique) en 714 et décédé près de Saint-Denis en 768 ainsi que son épouse Berthe y sont inhumés. Voici le récit de la mort et de la sépulture de Pépin le Bref outre des indications historiques sur un des abbés de Saint-Denis appelé Fulrad:

    «Pépin, accompagné de Berthe et de ses fils Charles et Carloman, fait route vers Saint-Denis, en s'arrêtant à Poitiers et au monastère de Saint-Martin de Tours. Le choix de Saint-Denis est révélateur. Le roi n'a que 44 ans, mais il se sent mourir, et c'est à Saint-Denis qu'il veut être inhumé, comme son père et son grand-père, mais aussi comme plusieurs Mérovingiens: il y a là déjà Dagobert I er et son épouse Nanthilde, Clovis II, la reine Arégonde. Pépin a toujours entretenu des liens particuliers avec Saint-Denis, dont il a ordonné la reconstruction de l'abbatiale, et dont l'abbé est Fulrad, son ami intime et un de ses principaux auxiliaires. Fulrad, issu d'une noble famille alsacienne, a rempli pour le roi des missions diplomatiques très délicates: en 749, il partait pour Rome solliciter la couronne pour son maître; en 754, c'est lui qui allait au-devant du pape arrivant en Gaule; en 756, il était chargé d'administrer les terres reprises en Italie sur le Lombards et en faisait la donation officielle au pape à Rome; en décembre de la même année il aidait Didier à s'emparer du trône de Pavie, et le pape, pour le remercier de ses services lui accordait, à la demande de Pépin, des privilèges extraordinaires [...]: droit de fonder des monastères sous la protection du Saint-Siège; droit de nommer un évêque dans son abbaye de Saint-Denis pour y remplir les fonctions que ne peuvent remplir de simples prêtres; droit de porter des insignes honorifiques réservés aux prélats; droit de consacrer des autels et le saint chrême. Fulrad est chapelain et confesseur du roi, dont il a toute la confiance. Et c'est lui qui recueille son dernier soupir le 24 septembre 768. (Georges Minois, Charlemagne, Paris, Perrin, 2010, p. 150)

    IMAGE

    Berthe et Pépin le Bref
    Basilique Saint-Denis, Paris, France

    Date de création:-1-11-30 | Date de modification:2012-04-12