• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • La lettre
    • Édition

    L'Encyclopédie sur la mort



    À la vie, à la mort

    À LA VIE, À LA MORT de Walter Schels et Beate Lakotta
    Peu d’expériences risquent de nous marquer aussi profondément que de voir la mort de près. Pourtant, la plupart des morts surviennent de manière presque secrète, loin de la vie de tous les jours. La mort et le mourir sont sans doute les derniers tabous de notre société, des sujets que nous abordons avec difficulté. Notre peur à cet égard est certainement plus grande que celle qu’éprouvaient nos ancêtres...


    ..En effet, rares sont les occasions de côtoyer la mort pour en apprendre davantage à son sujet. Le photographe Walter Schels et la journaliste Beate Lakotta ont demandé à des malades en phase terminale la permission de les accompagner durant les dernières semaines de leur vie. La présente exposition explore les expériences, les espoirs et les peurs des mourants, leur donnant ainsi une dernière chance d’être entendus. Tous ont accepté d’être photographiés un peu avant et un peu après leur mort. La majorité des 26 sujets illustrés ont passé leurs derniers jours dans un établissement de soins palliatifs. Tous les gens qui s’y rendent savent bien que leur vie achève. Ils savent qu’il leur reste peu de temps pour régler leurs affaires personnelles. Étonnamment, peu d’entre eux ont perdu l’espoir : ils espèrent qu’une mort digne les attend ou que la mort ne signifie pas la fin de tout. Pour préparer la présente exposition, Walter Schels et Beate Lakotta ont passé une année dans des établissements de soins palliatifs en Allemagne. Nous exprimons notre gratitude à toutes les personnes ayant participé à l’exposition ainsi qu’à leurs proches.

    Walter Schels

    est né à Landshut, en Bavière, en 1936. Cet artiste très polyvalent a d’abord travaillé comme étalagiste (à Barcelone, à Genève et au Canada) avant de se découvrir une passion pour la photographie qui le mène à New York en 1966, où il devient photographe. Il retourne en Allemagne en 1970 et travaille avec succès pour des magazines illustrés, des revues de mode et en publicité. À partir de 1975, Schels a passé plusieurs années à capter le moment de la naissance, dans une série de photoreportages réalisés pour la revue Eltern, qui s’adresse aux parents. « C’est là que j’ai vu le visage d’un nouveau-né pour la première fois. Il ne s’agissait pas d’un être sans visage; son visage était mûr, sage, avec un passé ». Photographier des enfants nés quelques secondes auparavant est une expérience qui a éveillé chez lui une grande fascination pour les visages. Schels s’est rapidement fait connaître pour ses portraits d’artistes, de politiciens et d’autres figures à l’avant-plan des scènes culturelle et intellectuelle. Depuis plusieurs années, il apporte la même intensité à ses portraits d’animaux. Son travail a fait l’objet de nombreuses publications et expositions.

    www.walterschels.com

    - Membre de la “Freie Akademie der Künste” à Hambourg
    - Membre honoraire de l’Association of Freelance Photo Designers (BFF)
    - Hasselblad Master 2005.
    - Buchveröffentlichungen und Ausstellungen im In- und Ausland.


    Beate Lakotta

    est née à Cassel à 1965. Elle a étudié la littérature allemande et les sciences politiques à Heidelberg. Depuis 1999, elle est membre du comité de rédaction de la section scientifique de la revue SPIEGEL, pour laquelle elle écrit des articles sur divers aspects de la médecine et de la psychologie.

    Beate Lakotta et Walter Schels vivent en tant que couple marié à Hambourg, en Allemagne.

    Hommage aux disparus

    Sur les murs des lieux de l'exposition, les visages de vingt-cinq personnes décédées sont exbibés par deux photos en noir et blanc. La première photo les montre à la proximité de leur mort et une seconde photo les représente après leur trépas (pour la plupart les yeux clos). Voici les noms des personnes exposées, leurs dates de naissance et de décès :

    Heiner Schmitz (1951-2003)

    Rita Schöffler (1952-2003)

    Michael Föge (1952-2003)

    Waltraud Fleming (1922-2003)

    Ursula Appelson (1946-2003)

    Wolf-Bernd Januszewski (1944-2003)

    Irmgard Schmidt (1920-2003)

    Elmira Sang Nastian (2002-2004)

    Walter Wagner (1923-2005)

    Klara Behrens (1920-2004)

    Roswitha Pachalleck (1955-2003)

    Edelgard Clavey (1936-2004)

    Jan Anderson (1978-2005)

    Jens Pallas (1941-2003)

    Beate Taube (1959-2004)

    Michael Lauerman (1946-2003)

    Elly Genthe (1919-2003)

    Jannik (1997-2004) et sa mère Silke Boemfeld (1973-2004)

    Bärbel Templin (1938-2004)

    Marira Hai-ah Tuyet Cao (1951-2004)

    Gerda Strech (1934-2003)

    Wolfgang Kotzahn (1947-2004)

    Peter Kelling (1939-2003).

    In memoriam

    Dans un coin de la salle, aménagé en lieu de recueillement et de repos, des grands tableaux sont disponibles où les visiteurs du musée peuvent écrire les noms de leurs chers défunts. Au-dessus de ces tableaux, on peut lire :

    La mort surprend, bouleverse, déchire. Aujourd'hui dans notre société occidentale chacun vit un peu son deuil à sa façon. La mort transige maintenant par les maisons funéraires où chaun choisit les rituels qui lui conviennent parmi ceux de longue tradition ou les nouveaux qui paraissent laïques ou inspirés de différentes religions ou cultures. Chacun tente de donner sens à cette douloureuse rupture. Chacun veut aussi rendre hommage à la vie de l'être cher qui vient de mourir. Y a-t-il encore place aujourd'hui pour se souvenir de ceux qui nous ont quittés? La mort fait-elle partie de la vie?

    Barbara Gröne (1951-2003)

     

     

     

    Date de création:2012-10-15 | Date de modification:2012-10-15
    Loading