• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Guignolée

    Définition

    "La guignolée est, au Québec, une fête du partage qui, à l'origine avait lieu la veille du Nouvel An et témoignait de la solidarité des habitants d'un rang, alors que d'autres formes d'entraide se limitaient aux voisins immédiats ou étaient pratiquées à l'échelle de la paroisse entière. Si elle a conservé des racines religieuses, païennes et chrétiennes, cette quête s'étend désormais à tout le mois de décembre, soutenue par les médias. Au Québec, les premières guignolées ont, vraisemblablement, été organisées par la Société Saint-Vincent-de-Paul, vers 1861-62; les membres de la Société en ont encore l'initiative dans les paroises où elle subsiste.

    Le gui, cette plante toujours verte, d'où vient le mot guignolée (Au gui l'an neuf!) était pour les Gaulois une plante sacrée. On trouve cette plante parasite notamment sur le chêne, autre plante sacrée. Éternellement vert sur un arbre qui, l'hiver, semble mort, le gui était pour les Gaulois un symbole de l'immortalité.

    Le gui n'existe pas au Québec et l'arceuthobie, petite plante parasite sur les conifères, appelée Petit Gui, ne peut nous consoler de son absence. «L'une des plus infimes et des plus curieuses plantes phanérogames de notre flore, écrit Marie-Victorin, dans la Flore laurentienne. C'est notre seul Gui et notre seul représentant de la famille tropicale des Loranthacées.»

    Un naturaliste du XIXe siècle, Paul Constantin, dont il est question dans un site instructif sur le gui, pose la question suivante: «Le cri: "Au Gui l'an neuf !" avec lequel autrefois, dans plusieurs de nos provinces, les pauvres frappaient aux portes des maisons pour demander la charité, la veille du nouvel an, et le mot "aiguillan, aguignettes", appliqué aux étrennes pour les enfants, sont-ils un souvenir de l'ancienne cérémonie gauloise et du prestige attaché au Gui ? On le croit communément, et non sans quelque vraisemblance.»

    Lorsqu'il explique les divers degrés dans les rapports de voisinage dans les campagnes du Québec à la fin du XIXe siècle, le sociologue Léon Gérin évoque ainsi la guignolée: «La veille du jour de l'An, on fait une tournée spéciale. Les jeunes gens, par troupes, parcourent les rangs, se présentent à la porte de chaque maison et chantent les traditionnels versets de la guignolée, ou du gui l'an neu', avec leur saveur de druidisme antique. Les sacs s'emplissent de beignes, de tourtières et d'autres victuailles qui, le lendemain, égayeront la table du pauvre. En 1886, on a couru la guignolée dans le Trompesouris pour le vieux Dubé et la veuve Crochetière; dans l'Ormière, pour le père Lafontaine.»

    Le passage d'où est tiré ce paragraphe mérite un moment d'attention:

    «Dans les rapports du voisinage à Saint-Justin, il y avait lieu de distinguer trois degrés: le premier voisin, le rang, la paroisse. Ici, comme chez les familles quasi-communautaires de la vallée d'Ossau, dans le Béarn français, le premier voisin fait pour ainsi dire partie de la famille. À l'occasion des réunions de parents, aux repas de noces, toujours les deux voisins, celui de droite et celui de gauche, sont invités. Un habitant sur le point de marier sa fille, à qui le curé demandait s'il y aurait noces chez lui bientôt, répondit: Je ne fais pas de noces; de mon côté, j'invite seulement mon frère et mes deux voisins».

    Entre voisins, on se rend force services, on se prête des instruments de travail, des voitures, des chevaux. On va chez lui veiller au chevet des malades; pour le voisin, on attelle son meilleur cheval et on va chercher le prêtre dont la présence est requise auprès d'un mourant ou d'un malade. Entre voisins, il se fait de fréquents échanges de coups de main, lesquels sont donnés à charge de revanche, mais dont il n'est pas tenu un compte rigoureux.

    Chez les voisins encore, on va en corvée récréative, corvées de broyage du lin, de filage de la laine ou du lin, d'épluchage du blé d'Inde; corvées pour le levage de la charpente d'un bâtiment de ferme, lesquelles parfois réunissent un grand nombre d'auxiliaires bénévoles. Le vieux Dauphinais avait perdu son unique cheval; cinq ou six cultivateurs du voisinage s'entendirent et lui ensemencèrent ses guérets.

    Chaque rang pourvoit à l'assistance de ses pauvres. À Saint-Justin, la mendicité était un fait d'occurrence très rare à l'époque où j'y poursuivais mes recherches. Quelques journaliers, pourtant, sur leurs vieux jours, y tombaient à la charge du public. C'était alors, au premier chef, à la famille du nécessiteux, à ceux de sa parenté, à voir à se charger de son entretien. Mais, à leur défaut, les habitants du rang devaient y pourvoir. Les indigents étaient logés et pourvus de toute chose au moyen de contributions volontaires. Tous les six mois à peu près, il s'organisait dans les divers rangs une collecte ou tournée au bénéfice des pauvres du rang. Les aumônes se faisaient en nature et les tournées étaient toujours fructueuses.

    La veille du jour de l'An, on fait une tournée spéciale. Les jeunes gens, par troupes, parcourent les rangs, se présentent à la porte de chaque maison et chantent les traditionnels versets de la guignolée, ou du gui l'an neu', avec leur saveur de druidisme antique. Les sacs s'emplissent de beignes, de tourtières et d'autres victuailles qui, le lendemain, égayeront la table du pauvre. En 1886, on a couru la guignolée dans le Trompesouris pour le vieux Dubé et la veuve Crochetière; dans l'Ormière, pour le père Lafontaine.

    D'une tournée à l'autre, les pauvres sont assistés privément. Les habitants de chaque rang ont à cœur que leurs pauvres soient assez bien pourvus et puissent se dispenser d'aller mendier dans les paroisses voisines. Chacun des grands rangs a sa fromagerie, son école, et aussi sa grande croix de bois peint, souvenir d'une retraite.

    Les chemins qui desservent les divers rangs viennent tous par des routes transversales, ou des raccordements, aboutir au village, bâti à peu près au centre de la partie cultivée de la paroisse. Il ne tranche que faiblement sur la pleine campagne.

    Une fromagerie-beurrerie, quelques ateliers d'artisans, quelques boutiques de marchands, l'église, le presbytère, la salle publique, les demeures du médecin, du notaire, de quelques rentiers ou rentières, c'est tout ce qu'il y avait de distinctif, à l'époque de mes premières observations entre 1886 et 1898. Et, sauf un petit couvent, il n'y avait pas beaucoup plus, lors de ma dernière visite en 1923.

    Au-dessus de la solidarité du rang, il y avait à Saint-Justin la solidarité plus compréhensive de la paroisse, réservée pour des occasions exceptionnelles. Par exemple, le voisinage paroissial faisait fonction d'assurance mutuelle. Il était rare qu'un habitant de Saint-Justin assurât ses constructions contre l'incendie dans une compagnie ou société. Mais le feu consumait-il ses bâtiments, aussitôt les paroissiens se concertaient; les uns s'engageaient à fournir les pièces de la charpente, d'autres les planches, d'autres contribuaient à la main-d'œuvre, et en peu de temps notre homme se retrouvait sur pied, aussi bien pourvu qu'avant l'incendie."

    Léon Gérin, , Le type économique et social des Canadiens, Montréal, Éditions de L'A. C.-F., 1937.

    Essentiel

    Une tradition d'amour et de partage.

    Documentation

    Chanson de la guignolée

    Bonjour le maître et la maîtresse
    Et tout le mond' de la maison

    Pour le dernier jour de l'année
    La Ignolé' vous nous devez

    Si vous voulez rien nous donner
    Dites-nous lé-e:

    On emmènera seulement la fille aînée.
    On lui fera fair' bonne chère,

    On lui fera chauffer les pieds.
    On vous demande seulement

    Une chignée
    De vingt à trente pieds de long Si vous voulez-e.

    La Ignolé', la Ignoloche,
    Mettez du lard dedans ma poche

    Quand nous fûm's au milieu du bois
    Nous fûm's à l'ombre;

    L'entendais chanter le coucou
    Et la colombe.

    Rossignolet du vert bocage,
    Rossignolet du bois joli.

    Eh! va-t-en dire à ma maîtresse
    Que je meurs pour ses beaux yeux.

    Toute fill' qui n'a pas d'amant,
    Comment vit-elle?

    Ell' vit toujours en soupirant,
    Et toujours veille.

    Chanson traditionnelle québécoise
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Référence


    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.